Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
occitan-touareg

"Les situations ethnolinguistiques sensibles" dans Lo Lugarn 108

4 Juin 2013 , Rédigé par Pellet Jean-Marc Publié dans #peuples(bretons-catalans-basques-etc)

La nouvelle édition de la revue du PNO Lo Lugarn est en ligne. Pour télécharger gratuitement le N°108 c'est ICI

Quelles solutions ethnistes dans quelques situations ethnolinguistiques sensibles ?

Essai de réponse par Jean-Pierre Hilaire

Commençons par quelques citations :

« La langue a seule valeur d’indice permettant de déterminer pratiquement quand et jusqu’où il y a nation » François Fontan in Ethnisme, vers un nationalisme humaniste p.15

« Programme internationaliste

La délimitation territoriale entre les nations devra se faire suivant l’appartenance linguistique de la population lorsque cette appartenance est unique et stable » (op. cité p.67)

« Chaque nation doit former un état unifié et souverain » (op. cité p.69)

« Nous pensons qu'un changement d'appartenance linguistique récent doit être annulé, et qu'on doit considérer une population qui a perdu au cours des deux ou trois derniers siècles sa langue au profit d'une autre comme appartenant toujours à la même nation, étant donné que cette disparition de la langue laisse subsister tout un ensemble de traits de leur personnalité, que la langue qui n'a pas disparu par ailleurs (car si la langue a totalement disparu de l'usage, le processus d'assimilation est irréversible) demeure encore au niveau des structures mentales, et que ce serait encourager un impérialisme en cours que de se limiter strictement à l'usage linguistique actuel. » http://ethnisme.ben-vautier.com/

1) Doit-on appliquer strictement la définition fontanienne de la nation et sa conséquence logique : la création d’un état qui lui corresponde dans ses limites territoriales

2) Doit-on conserver les limites ethnolinguistiques définies par Fontan, notamment en Afrique mais aussi en Amérique et en Australie ou bien faut-il dans des cas à définir les réviser en fonction des travaux des linguistes parus depuis la mort de Fontan ou simplement en fonction d’un réalisme pragmatique face à des perspectives de créations d’états ethniques qui paraissent avoir peu de chance de se concrétiser ?

La délimitation des nations selon le critère linguistique pose peu de problèmes en Europe occidentale. L’occitan même s’il a considérablement reculé sur son territoire n’a pas complètement disparu dans la plupart des cas, y compris dans ses limites Nord. Il n’y a pas assimilation de la population occitane, du moins pas encore mais il y a dans certaines zones un apport conséquent de population ethniquement française.

Si on part de la règle édictée par Fontan selon laquelle « une nation n’existe plus lorsque sa langue a complètement disparu de l’usage populaire parlé » (p.25) on ne peut pas dire que l’occitan ait disparu car même là où il n’est plus parlé, il imprègne le français parlé, devenant parfois un parler hybride que les linguistes appellent francitan. En tout cas les limites de l’extension actuelle ou récente de la langue occitane sont suffisamment établies pour ne pas être remises en cause. Il suffit de se référer à La Nation Occitane, ses frontières, ses régions de Fontan et aux enquêtes linguistiques sur le terrain réalisées par Fontan et des membres du P.N.O.

Ces limites posent le problème du triangle Bayonne-Biarritz-Anglet dit BAB revendiqué par les Basques mais gascon donc occitan si on s’en tient à la limite linguistique du 17ème siècle (p.7 op. cit.) Il est clair que si une collectivité basque voit le jour dans l’Etat français, elle englobera le BAB. Faut-il être intransigeant et revendiquer le BAB au risque d’un conflit avec les Basques ou adopter une attitude conciliante. Pour l’instant la collectivité basque n’est pas à l’ordre du jour et se heurte à la fin de non-recevoir du ministre de l’intérieur, Manuel Valls et de la ministre de la Réforme de l’État, de la Décentralisation et de la Fonction publique. Marylise Lebranchu. Nous pouvons demander que dans une future collectivité basque, les droits linguistiques des Occitans gascons soient respectés à tous les niveaux.

Dans cet article de la revue Lo Lugarn 108 il est fait référence à la Bretagne/Ecosse/Irlande/Alsace/Neederlande/Allemagne/Corse/Israël/Sénégal.

dans lo lugarn n° 108

dans lo lugarn n° 108

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article