Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
occitan-touareg

Azawad. A Kidal l'armée malienne ouvre le feu sur des civils

29 Novembre 2013 , Rédigé par Pellet Jean-Marc Publié dans #AZAWAD, #Mali, #MNLA

"Aucun parti ni aucune coalition de partis politiques n'a obtenu la majorité aux élections législatives du 24 novembre au Mali, où un second tour aura lieu le 15 décembre, selon les résultats provisoires annoncés mercredi 27 novembre au soir.

Le taux de participation a été de 38,4 %, soit environ 10 points de moins qu'au second tour de la présidentielle du 11 août, « en deçà de nos attentes », a reconnu le ministre de l'administration du territoire, Moussa Sinko Coulibaly, en annonçant les résultats provisoires." sur lemonde.fr

L'armée malienne ouvre le feu sur la population civile

Aujourd'hui, l'armée malienne a ouvert le feu sur la manifestation des femmes et des adolescents de Kidal qui protestaient contre la venue du premier ministre malien dans l'Azawad. La sanglante répression perpétrée par les soldats maliens et leurs milices a tué une femme et a fait de nombreux blessés, dont trois femmes et deux enfants ont été très grièvement blessés.

Le MNLA considère que l'armée malienne vient de commettre un acte très grave d'hostilité envers le peuple de l'Azawad et averti la communauté internationale que la situation est désormais fortement préjudiciable à toute possibilité de règlement politique du conflit qui oppose l'Azawad au Mali, rendant, de fait, caduc les accords de Ouagadougou, violé à maintes reprises et dans quasiment tous ses termes par la partie malienne, y compris par la tenue d'un simulacre scrutin législatif.

Cette sanglante répression du peuple de l'Azawad par l'armée malienne et ses milices est d'autant plus grave qu'elle a été perpétrée en présence des forces onusiennes de la Minusma et de la force française Serval. Le MNLA condamne le laxisme des forces françaises et internationales quant aux agissements criminels de l'armée malienne et de ses milices qui se sont par ailleurs manifestés dès les premières heures de l'opération Serval, comme en témoignent les nombreux témoignages des ONG de défenses des droits humains sur les exactions et les exécutions sommaires commises par l'armée malienne et ses milices sur les populations civiles de l'Azawad.

Aussi, le MNLA prend acte de ce flagrant parti pris en faveur d'une armée criminelle qui martyrise une population et informe que ses forces armées se réservent le droit d'assurer la protection des populations civiles livrées à la haine de l'armée malienne, et ce quelle que soit la situation qui se présentera à lui. Par conséquent, le MNLA prendra les dispositions qui s'imposent face à la grave situation qui prévaut dans l'Azawad du fait que les forces internationales s'avèrent êtres dans l'incapacité de garantir la sécurité physique des citoyens azawadiens face à une armée de criminels qui sévit en toute impunité.

Par cet acte d'hostilité flagrante envers les populations civiles de l'Azawad qui manifestaient pacifiquement leur refus de la présence malienne sur le territoire de l'Azawad, l'armée malienne prouve encore une fois qu'elle ne peut user que du meurtre et de l'assassinat avec le peuple de l'Azawad, comme elle l'a toujours fait depuis cinquante ans, quels que soient les accords de paix et de réconciliation maintes fois signés et jamais respectés.

Enfin, contrairement aux affirmations de la presse, le MNLA tiens à préciser à l'opinion internationale qu'il n'y a pas de candidats élus dans l'Azawad dans ce simulacre d'élections législatives et que ces prétendus élus ne seront jamais que les élus du parti qui les a inscrit sur ses listes afin de tromper l'opinion publique et ruiner les espoirs de liberté d'un peuple qui lutte depuis 50 ans. Le peuple de l'Azawad qui n'est pas concerné par ses élections a rejeté ce scrutin et l'a publiquement manifesté. Le peuple de l'Azawad veut sa liberté, il aura sa liberté aujourd'hui ou demain.

Kidal, le 28 novembre 2013

Mossa Ag Attaher,

Chargé de communication

Le peuple de l'Azawad veut sa liberté, il aura sa liberté aujourd'hui ou demain.

Le peuple de l'Azawad veut sa liberté, il aura sa liberté aujourd'hui ou demain.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article