Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
occitan-touareg

Occitanie : lire Lo Lugarn en ligne

7 Mars 2015 , Rédigé par Pellet Jean-Marc Publié dans #occitanie, #Lo Lugarn

Notre pays occitan existe aussi par ses différentes publications. Le Parti de la Nation Occitane propose l'accès à sa revue Lo Lugarn, gratuitement, en la téléchargeant au format PDF.

Ce nouveau numéro est le 113ème de la série.

Un article en français m’interpelle plus particulièrement, celui de Bernard Fruchier : à propos de l'Unité Nationale. Voici le début de l'article que vous pourrez lire en intégralité si vous prenez le temps de télécharger la revue occitane Lo Lugarn !

À propos de l'Unité Nationale

   Les politiciens qui viennent de s'exprimer nous appellent à l'unité nationale, ce qui occasionne – à juste titre - des remous au sein du PNO. Je vais donc exprimer ici une vision qui n'est pas nouvelle mais bien dans le droit fil de mes articles précédents, notamment ceux sur les jacobins et sur les « valeurs de la république ». J'ai tenté de classez les idées de la façon la plus claire possible et vous voudrez bien me pardonner s'il m'arrive de me répéter, à l'intérieur même de ce texte. La citoyenneté.

   Je m'oppose en général à ceux qui prétendent attendre l'indépendance de l'Occitanie pour se préoccuper de la question sociale. Si je me considère comme de nationalité occitane, je suis, à mon corps défendant et « à l'insu de mon plein gré », citoyen de l'état français. En tant que tel, je suis intéressé par les lois de cet état et leur évolution éventuelle : le combat pour plus de justice peut et doit se mener « hic et nunc » sans attendre l'indépendance. Je suis donc partie prenante de tout ce qu'il peut y avoir de démocratique dans la constitution qui nous est imposée et, inversement, je dois évidemment dénoncer tout ce qui est antidémocratique dans l'idéologie jacobine. Si je n'étais pas intimement persuadé de cette double nécessité, je ne me serais jamais présenté à des élections fussent-elles municipales. La solidarité.

   En application des ces principes, je cherche, dans une époque d'individualisme forcené, à donner l'exemple de comportements civiques et je suis donc solidaire, non seulement de ceux qui pensent comme moi mais aussi de tous les hommes de bonne volonté. La liberté d'expression (dont la liberté de la presse est un élément primordial) ne supporte aucun compromis ni compromission. Je soutiens donc les journalistes qui refusent les diktats d'où qu'ils viennent, même s'ils ne sont pas en accord avec nous.

   Mais alors se pose la question : de qui serons-nous solidaires ? Vers -300 avant J.-C., les philosophes stoïciens avaient inventé la notion de cosmopolitisme, le sage se sentant citoyen du monde. Mais cela était possible à condition d'être d'abord citoyen d'une polis (= ciutat ou cité) et d'élargir progressivement cette conscience solidaire jusqu'à la terre entière. Dans la République française (pour ne rien dire de l'Europe!), cette solidarité est à sens unique : les Occitans, Bretons, Corses, etc. doivent verser leur sang pour aider la « vraie France » à récupérer l'Alsace et la Lorraine mais cela sous les quolibets et les injures des vrais Français (cf. l'affaire du XV° corps en 1914). Qui a soutenu notre économie oléicole ou viticole ? Qui a pondu des lois qui autorisaient la chaptalisation dans certaines régions seulement ? Qui a affirmé l'infériorité intellectuelle et morale de ceux qui ne parlaient pas le patois de Paris ? Qui a poursuivi, par la méthode du signal, ceux qui avaient l'audace d' « aboyer » en patois ? Il serait intéressant de publier dans le Lugarn une liste des marques de mépris républicain depuis l'abbé Grégoire jusqu'à nos jours.....

suite sur LO LUGARN N°113

 

occitanie - lugarn 113

occitanie - lugarn 113

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article