Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
occitan-touareg

Occitanie. Le numéro 115 de la revue Lo Lugarn est en ligne

15 Juillet 2015 , Rédigé par Pellet Jean-Marc Publié dans #Lo Lugarn, #occitanie, #peuples(bretons-catalans-basques-etc)

Lo Lugarn N°115

Lo Lugarn N°115

Le N°115 de la revue nationaliste occitane "Lo Lugarn" est en ligne.

Ce numéro sera disponible en version papier pour l'Estivada de Rodez 2015.

C'est avec plaisir que nous vous recevrons au stand du Lugarn afin d'échanger et d'argumenter.

En attendant vous pouvez la télécharger gratuitement au format Pdf :

Lo Lugarn N°115

Ci dessous un article en français de Bernat FRUCHIER

Refusons le suicide

Un militant occitaniste, non ethniste, dont j'entends souvent parler mais que je ne connais pas personnellement, vient d'entamer une grève de la faim, en pensant faire plier l'état jacobin. Bien que j'aie signé une pétition en sa faveur, cette stratégie me laisse perplexe.

• D'une part, elle me fait furieusement penser à l'endura des derniers cathares et semble convenir à un dernier baroud d'honneur précédant la mort et la défaite définitive.

• D'autre part, je doute de son efficacité face à un gouvernement mené par un catalan dont l'intégration a consisté à adopter les fameuses valeurs de la république jacobine et dont la méthode l'apparenterait à une dame de fer dont on connaît le comportement face aux militants irlandais grévistes de la faim.

• Enfin, affamer les occitans me semble être une image déplorable et j'ai toujours pensé qu'il fallait d'abord les nourrir en revitalisant notre agriculture, première étape de la reprise en main d'une économie enfin décolonisée.

Depuis la loi Deixonne, nous avons voulu jouer le jeu de la collaboration avec le colonisateur et son système d'éducastration nationale (appelé pourtant par nousmêmes l'escòla de la vergonha) et nous nous sommes réjouis (colhons que siam!) de minuscules progressions dans le nombre d'élèves scolarisés, comme si cela pouvait enrayer le déclin (inexorable puisque voulu et programmé par la république jacobine) de notre langue dans le peuple.

Nous devons désormais considérer l'état français comme notre ennemi : n'oublions pas que la déclaration de guerre ne fut pas notre fait et que la victoire des jacobins semble avoir scellé notre destin. Ce n'est donc pas à lui que nous devons en permanence quémander des miettes : arrêtons de nous prosterner devant ce Moloch, le cul en l'air livré à une permanente sodomie républicaine, redressons nous et luttons !

Ce combat suppose des alliés.

Certains de nos camarades ont accepté le traité européen, pensant que l'europe ferait plier la france (personnellement j'ai refusé fermement l'europe du moins-disant social) : le moment est venu de la mettre au pied du mur et d'attaquer notre ennemi devant les instances européennes. Si les peuples de france s'unissent, nous pouvons harceler l'état, qu'il s'agisse de la Charte des langues ou de la reconnaissance de populicides ou de crimes de guerre ou encore de certaines exceptions françaises contraires au droit européen (comme la MSA). Nous devons chercher à faire condamner la france sur plusieurs plans en même temps.

Il existe toutefois un autre allié potentiel : les collectivités locales, de la commune jusqu'à la région en passant par les divers EPCI. Les maires n'ont pas besoin d'une quelconque autorisation de l'état pour changer les noms des rues, organiser l'animation extra- ou para- ou péri-scolaire, mettre sur pied des cycles de conférences, aider les associations culturelles, soutenir les publications historiques et linguistiques, encourager le développement d'un tourisme intelligent proposant de l'authenticité. Au moment où les collectivités locales peuvent de moins en moins compter financièrement sur l'état central, nous devons montrer que le soutien à la culture occitane (et aux emplois locaux qu'elle est susceptible de générer) est une opportunité économique voire politique. Le capitalisme financier, asséchant progressivement les sources de revenus de l'état avec la bénédiction de presque tous les partis politiques, est en train de réaliser le dépérissement de l'état dans un sens que Lénine n'avait pas prévu. C'est donc aux collectivités locales de reprendre en mains l'organisation de la société et c'est dans leur sein que doivent oeuvrer prioritairement les militants occitanistes.

La situation n'a jamais été aussi favorable pour nous : l'état poursuit son action de sabordage de son système jacobin d'éducation faussement nationale. De plus en plus, les parents chercheront à préserver leurs enfants du nivellement officiellement recherché et pourraient se tourner vers nous. D'un autre côté, face à Internet, les mensonges de l'histoire de france ne pèsent plus bien lourd : il ne tient qu'à nous d'investir Wikipedia pour rétablir à notre profit la vérité historique (nous ne manquons pas d'érudits pour ce faire). Dans les récents articles suscités par le projet de réforme du collège, les jacobins sont les premiers à reconnaître que, sans l'enseignement obligatoire du grand roman national remontant à Vercingétorix puis aux capétiens, la république (à la française) n'a plus aucun fondement. Aidons à lui donner le coup de grâce !

Yes, we can ! Podemos !

Bernat FRUCHIER Luceram , junh de 2015

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article