Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
occitan-touareg

Compte rendu de la réunion de Narbonne du 20 février 2016

22 Février 2016 , Rédigé par Pellet Jean-Marc Publié dans #occitanie, #Régionales2015

AMASSADA OCCITANA E CATALANA Lo 20 de Febrièr A NARBONA.

À l'iniciative de Pais Nostre e del Collectiu Sem assemblée occitane et catalane du samedi 20 février à 14 H30 à l'Ostal Occitan de Narbonne

Ordre du jour : Proposition de nom pour la Région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon / Drapeau de la Région /Campagne d’actions .

Pour commencer, chansons avec JOANDA et PERE FIGUERAS

Présents (annoncés en début de réunion par JP Laval) :

  • País Nòstre (JP Laval, Jacky Grau)
  • Collectif Sem [ = ERC Nord + Unitat Catalana + CUP Nord + ANC (Nord ?) + EELV + ADCC (culturels ?)]

Ce collectif regroupe des partis politiques et des mouvements civiques Nord-catalans dans lesquels on retrouve :

ERC catalunya Nord représentée par Enric Vilanova (e.vilanova@hotmail.fr) tel 06.09.51.73.93.

la CUP et Unitat Catalana représentée par Brice Lafontaine Maire Adjoint de Perpignan (brice.lafontaine@gmail.com)

Pere Manzanares président du collectif Sem (pere.manzanares@gmail.com)

À noter l’absence de Jordi Vera de la Convergencia democratica de Catalunya qui ne fait pas partie de Sem.

  • Des élus : Patrick Roux, conseiller régional, Partit Occitan, JF Saisset, maire de Trausse Menerbès, Partit Occitan, Serge Marty, adjoint au maire de Durban dans les Corbières, Nicolas Garcia, conseiller départemental, PCF dans les Pyrénées orientales
  • Le Partit de la Nacion Occitane était représenté par Pèire Barral, coprésident, Gèli Grande, coprésident, Joan-Pèire Hilaire, vice-président et Sèrgi Viaule de la rédaction du Lugarn (p-n-o@laposte.net)
  • Un chanteur catalan (Pere Figueras) - culturalo-régionaliste
  • Un chanteur occitan (Joanda)
  • Jocelyn Icart, pour Convergéncia occitana

  Patric Roux nous a informé qu’à partir de Mars jusqu'au 25 juin 2016 le Conseil Régional organisera une consultation par internet pour déterminer le nom de la région.

Un conseil des sages sera nommé pour délimiter le nombre de propositions d'appellations faites aux citoyens de la région. Elles ne devront pas dépasser 7.

Le Conseil régional votera pour choisir le nom de la nouvelle région le 25 juin prochain.

En octobre, le Conseil d’État validera ou non le choix des conseillers régionaux mais son avis n’est que consultatif et le gouvernement n’est pas tenu de le suivre. C’est ce qu’il a néanmoins toujours fait jusqu’à présent. Il est à craindre, si on en croit les déclarations du premier ministre Manuel Valls, qu’il n’accepte pas un choix identitaire trop marqué.

Gérard Onesta, président du bureau de l’assemblée régionale va constituer un « comité des sages ». On peut lui faire des propositions pour en désigner les membres. Ce comité soumettra les sept propositions pour le nom de la région au vote des conseillers régionaux.

Si le Conseil d’État ne respecte pas le choix des citoyens de la nouvelle région et des conseillers régionaux, cela posera un problème politique. Il faudra alors envisager un recours devant la Cour européenne de Justice.

  Jean-Pierre Laval, après avoir déclaré que l’Occitanie est bien une nation propose au nom de País Nòstre d’appeler la région Occitanie-Catalogne (acronyme OC).

Laval s’appuie sur le sondage du groupe la Dépêche, qui a le monopole de la presse écrite dans la région (la Dépêche, Centre Presse, l’Indépendant, Midi Libre) ; C’était aussi la position de la liste Nouveau Monde de Gérard Onesta aux élections régionales. Il cite également le sondage de FR3 : 53% pour «Occitanie Pays Catalan», 18% pour «Occitanie». La pétition pour «Occitanie» a obtenu 14 000 signatures etc.

  Patrick Roux dit que nous avons l’occasion de faire apparaître pour la première fois le mot Occitanie sur la carte du monde. Nous ne l’aurons pas deux fois. En choisissant Occitanie, nous faisons un pari sur l’inclusion des autres régions occitanes. Personnellement, il aurait préféré Sud-Occitanie. Il faut tenir compte des Catalans et donc mentionner la Catalogne.

 Sèrgi Granier est pour Occitanie Centrale pour des raisons à la fois géographiques et culturelles pour ne pas donner du grain à moudre aux séparatistes provençaux et autres.

 Le chanteur Joanda n'est pas d'accord avec Occitanie Centrale, parce qu'il se bat contre la centralisation française et que pour lui l'idée d'Occitanie centrale réintroduit le concept de centralisation.

 Pèire Barral : Je ne m’exprime pas en tant que coprésident du PNO. Je propose «Occitanie centrale Catalogne» (acronyme «OCC», meilleur que «PACA» de plus un TLD est possible) dans le jargon internet : «top level domain») : Nous pouvons obtenir un TLD comme «bzh», «cat» etc.

  Jocelyn Icart, le représentant de Convergéncia Occitana, de Toulouse répond à Granier et souligne la nécessité d’Occitanie dans le nom de la région.

  JF Saisset, maire de Trausse Minervois déplore que les nouvelles régions n’aient pas de pouvoirs et de moyens financiers par apport à la Catalogne de l’État espagnol.

  Sèrgi Marty, adjoint au maire de Durban Corbières : dénonce la disparition des communes.

  Nicolas Garcia, conseiller départemental se prononce pour Occitanie-Catalogne. Il veut un Office Public de la Langue Catalane qui ne soit pas une annexe de l’Office Public de la Langue Occitane. Il est pour Occitanie-Catalogne.

  Brice Lafontaine, président d’Unitat Catalana, adjoint au maire de Perpignan dit qu’il faut laisser de côté pour le moment la question des compétences des régions. Il se félicite de la « mobilisation » catalane pour le sondage de la Dépêche. (pour Pèire Barral, il s’agit plutôt de bourrage d’urnes virtuelles)

  Guy Barral, adjoint au maire de Montpellier, chargé de la langue et de la culture occitanes, pense que Occitanie c'est dangereux. Faut-il comprendre qu’il veut dire que le gouvernement ne laissera jamais passer un tel nom ? Il met en garde contre Occitanie sans autre chose car ce serait donner un argument aux provençaux qui disent que la Provence ce n'est pas l'Occitanie. Il verrait bien Languedoc-Catalogne.

  Christophe Fanjeaux, ex-adjoint à Carcassonne, ex-président de Calandreta : il faut un nom court : OC (Occitanie-Catalogne).

La président de l’ERC Nord pense que Sud-Occitanie-Nord-Catalogne c’est trop long.

Tous les intervenants catalans veulent qu’il y ait Catalogne dans le nom de la région.

  JP Laval met un terme au débat et propose à ceux qui sont pour Occitanie-Catalogne de rester pour étudier le lancement d’une campagne de médiatisation. Difficile de dire s’il y a eu un consensus sur la position Occitanie-Catalogne puisque tout le monde ne s’est pas exprimé, loin de là et qu’il n’y a pas eu de vote. Les articles parus dans la presse sur la réunion font état d’un consensus qui reste à démontrer.

   Un point positif cependant. JP Laval est venu nous dire hors réunion, qu’une fois cette campagne terminée et la question réglée, nous nous reverrions pour parler des prochaines échéances électorales et de l’union des occitanistes. Nous lui avons précisé que nous étions preneurs mais sans succursalisme, c’est à dire sans alliance avec des partis français.

À noter aussi, la courtoisie des échanges et le respect mutuel. Il fallait que le PNO soit représenté à Narbonne pour faire entendre sa position mais aussi pour écouter les autres. Nous n’avons pas changé d’avis mais nous sommes ouverts au débat.
À noter que la question du drapeau de la nouvelle région, pourtant à l'ordre du jour, n'a pas été abordée.

Compte rendu de JP Hilaire à partir de ses notes et de celles de Pèire Barral et Gèli Grande.

Narbonne-Occitanie.

Narbonne-Occitanie.

Partager cet article

Repost 1

Commenter cet article

Branger 23/02/2016 09:50

Esperi que leu, la nosta "région" Aquitania-Lemosin-Peitau-Charentas aura per nom "Occitania oèst"!