Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
occitan-touareg

/Peuple Touareg/Niger/Mali/ Restez unis !

21 Mars 2009 , Rédigé par Papadoc Publié dans #peuples(bretons-catalans-basques-etc)


Cette "chanson" de 
Lluís Llach que j'aime, je la dédie à tous mes amis Touareg du Niger et du Mali qui passent leur temps à se diviser.
Le Peuple Touareg disparait peu à peu. Ce n'est que dans un grand combat unitaire que la nation Touarègue trouvera un véritable chemin vers le développement.



« Estaca » signifie « pieu » en français. De fait le nom de la version française de la chanson est Le Pieu. Elle a été traduite en de nombreuses langues. Composé durant la dictature du Général Franco en Espagne, c'est un cri à l'unité d'action pour se libérer de l'oppression, pour atteindre la liberté.
D'abord symbole de la lutte contre l'oppression franquiste en Catalogne, elle est devenue un symbole de la lutte pour la liberté. (wikipedia)


L'estaca - Le pieu


Le grand-père Siset me parlait ainsi

Tôt le matin au portail

tandis qu'attendant le soleil,

nous regardions passer les charettes

Siset, ne voit tu pas le pieu

On nous sommes tous attachés,

Si nous ne nous détachons pas

Jamais nous ne pourrons nous libérer...

Si nous tirons tous il tombera

Et il ne peut plus tenir trés longtemps

Sûr qu'il tombe , tombe, tombe,

Il doit être déjà bien entamé

Si je tire fort de mon côté,

Et que tu tires fort de ton côté,

Sûr qu'il tombe, tombe, tombe,

Et nous pourrons nous délivrer.

Mais, Siset, il y a longtemps déjà

que l'on s' écorche les mains

Et quand la force m'abandonne

Il semble bien plus large et plus grand qu'avant.

Certainement qu'il est tout pourri,

Pourtant, Siset, il pèse tant!

Et parfois la force me manque.

Alors, chante moi encore ta chanson!

Si je tire fort de mon côté,

Et que tu tires fort de ton côté,

Sûr qu'il tombe, tombe, tombe,

Et nous pourrons nous délivrer.

On n'entend plus le vieux Siset

Un mauvais vent l'a emporté.

Qui sait où il est passé?

Et je reste seul au portail.

Et quand passent des jeunes,

Je tends le cou pour chanter

Le dernier chant de Siset

Le dernier qu'il m'ait appri.

Si je tire fort de mon côté,

Et que tu tires fort de ton côté,

Sûr qu'il tombe, tombe, tombe,

Et nous pourrons nous délivrer.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article