Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
occitan-touareg

à propos des Lapons ou Sami, par le professeur Eirik Granqvist

23 Juillet 2009 , Rédigé par Papadoc Publié dans #peuples(bretons-catalans-basques-etc)

Il (un ami) me raconta aussi comment l'instituteur l'avait attrapé quand il parlait lapon avec ses copains et très brutalement avec des coups de pieds au derrière l'avait fait aller au sauna où l'instituteur attrapa sa langue et l'enduit de savon de Marseille et brossa avec une brosse à chien dent si violemment que le pauvre gamin pouvait à peine parler et manger après ce traitement brutal.
Il venait seulement de parler sa langue maternelle...


Eirik Granqvist nous parle de ses amis Lapons.
Eirik est Finlandais de langue Suédoise, créateur du Préhistorama, conservateur à la retraite et professeur à l'Université de Chang Hai.


La dernier peuplade de la nature en union européenne.
Durant la dernière glaciation les rennes vivaient jusqu’aux bords de la Méditerranée où ils furent une grande ressource naturelle pour les peuplades de chasseurs.
Si nous regardons les crânes des Cro-Magnons trouvés en Dordogne, ils ressemblent fortement à ceux des lapons de nos jours. Ceci laisse à croire que les lapons sont les héritiers de ces lointains chasseurs du sud de l'Europe qui ont suivis les troupeaux de rennes vers le nord à la fonte du grand inlandsis.
Ainsi, les lapons seraient les plus anciens habitants encore vivants sur le continent de l'Europe.
Ils peuplent actuellement le nord de la Norvège, Suède, Finlande et la presqu’île du Kola en Russie voisine, où ils sont très peu nombreux.
En Suède et Norvège l'appellation Lapon est dans certaines régions regardée sans raison comme étant péjorative. Dans ces régions l'appellation Sami est préférée. Dans d'autres régions et en Finlande l'appellation Lapon est communément utilisée par les Lapons eux mêmes et nullement considérée comme péjorative.
Au long de la côte de la Mer Glaciale du Nord en Norvège, les Lapons sont les plus nombreux et ils sont souvent pêcheurs. Dans l'intérieur du pays comme en Suède et Finlande la plus-part vivent de l'élevage des rennes et un petit nombre comme chasseurs de lagopèdes et lièvres variables qui sont commercialisés.
Un certain nombre sont des entrepreneurs en tourisme.
En Suède, typique pour la mentalité suédoise de nos jours, on à certes, par mauvaise conscience, vu les traitements infligés aux lapons dans le passé, voulu instaurer des privilèges pour les Lapons quand aux droits de pêche et chasse ainsi qu'à donner le monopole du droit d'élevage des rennes aux lapons.
Ceci a donné naissance à de nombreux et cruels conflits.
Ainsi on a pu voir de pauvres petits cultivateurs suédois, vivotant péniblement à côté de leur voisins lapons riches en raison du monopole de l'élevage des rennes et pêches de truites pour le commerce. Ceci à créé de fortes jalousies.
Les lois favorisant les Lapons ont aussi créé de nombreux problèmes quant à la manière de pouvoir déterminer qui est lapon et qui ne l'est pas!
D'abords, les mariages mixtes sont communs et comment compter ceux issus du mixage?
Sont ils Lapons ou Suédois?
Et ceux nés de parents Lapons ne parlent plus la langue lapone? Qui sont ils?
En voulant faire bien on à fait beaucoup de mal en Suède et ainsi on à provoqué des conflits!
En Finlande, la situation au point de la législation est bien meilleure.
En Laponie finlandaise il y a certes beaucoup de privilèges quand à l'utilisation de la nature mais ces privilèges sont pour tous ceux qui habitent dans la même région.
Ainsi on n'a pas de problème pour déterminer qui est Lapon et qui ne l'est pas.
Pour faire de l'élevage de rennes il faut hériter les droits de par la famille ou faire la demande du droit à l'élevage. Ce droit n'est pas toujours facile à obtenir s'il ne vient pas d'un héritage, mais c'est le syndicat local des éleveurs qui accorde ou refuse ce droit.
Il n'est donc pas possible de venir avec le porte-monnaie plein, du sud de la Finlande, pour s'établir éleveur de rennes en Laponie.
Il faut d'abord
y avoir  vécu et être jugé capable de pouvoir élever des rennes pour pouvoir en vivre. Les lapons en Finlande sont les moins nombreux de ceux des pays nordiques. À peine 9000 de nos jours et seulement 3000 parlent encore comme leur propre langue lapones, trois langues différentes.
Entre les deux guerres mondiales et une vingtaine d'années après, les lapons furent fortement discriminés en Finlande et les enfants n'avaient même pas le droit de parler leur propre langue pendant les récréations à l'école.
Nombreux sont ainsi les lapons qui furent tellement traumatisés par ces traitements brutaux, ne savent souvent en réalité pas parler le finnois, que ces brutalités vécus comme gamins à l'école ne leur à jamais quitté.
Un très bon ami lapon me racontait comment l'instituteur battait les pauvres gamins en les traitant de singes non éduqués quand ils
parlaient entre eux leur langue lapone. Mon ami attrapait ainsi une si grande peur de parler lapon qu'il cessa de parler sa lange maternelle et encore de nos jours à l'âge de plus de soixante ans, il à le sentiment de faire quelque chose de mal s'il parle sa propre lange maternelle. Ainsi, il ne parle maintenant que le finnois.
Il me raconta aussi comment l'instituteur l'avait attrapé quand il parlait lapon avec ses copains et très brutalement avec des coups de pieds au derrière l'avait fait aller au sauna où l'instituteur attrapa sa langue et l'enduit de savon de Marseille et brossa avec une brosse à chien dent si violemment que le pauvre gamin pouvait à peine parler et manger après ce traitement brutal.
Il venait seulement de parler sa langue maternelle...
J'ai entendu de maintes histoires semblables et appartenant moi même à la grande minorité des suédophones de Finlande j'ai eu à vivre de nombreuses et brutales discriminations de la part de la majorité également.
Donc j'ai aussi de l'expérience... Jusqu'à il y a à peine 40 ans on essaya de détruire les cultures lapones et faire disparaître leur langues.
Un ministre suédophone de l'éducation nationale puissant, a fait beaucoup changer les choses en faveur des lapons depuis.
Les suédophones qui sont environs 6-8% de la population de la Finlande, qui est un pays bilingue au moins sur le papier mais guère dans la réalité, ont essayé  d'aider les lapons. Par leur nombre, les suédophones ont une certain puissance politique que les lapons n'ont pas.
Une minorité comprend plus facilement les problèmes d'une autre minorité. Maintenant les enfants lapons peuvent commencer l'école dans leur propre langue et les trois grandes communes de la Laponie sont officiellement bilingues. Maintenant on essaye du côté de la majorité d'écraser les possibilités d'existence traditionnelles des lapons en prétextant une protection de la nature.
Les grands carnivores tuant des rennes sont de plus en plus nombreux et leur chasse de plus en plus restreinte.
Un ours tua 60 rennes nouveau nés dans un enclos de mise bas dans une seule nuit. Certes l'ours ne les mangea pas. Il s'amusait.
Les lapons demandait par téléphone l'autorisation de l'abattre immédiatement. Refus! Il fallait faire une demande écrite! L'ours continua de tuer...
Il fallait plein de correspondances aller et retour entre les lapons et le ministère. Il fallait des constats officiels par la police, par les inspecteurs de la préfecture du ministère etc... après deux mois et demi le permis d'abattre l'ours fût accordé mais fût valable pour seulement quelques jours et en plus l'ours devait être abattu sur les faits et seulement dans l'enclos de mise bas...
La loi interdisait elle de tenir les rennes dans les enclos de mise bas pour le temps que le permis d'abattage fût accordé....
Les autorités se défendent et disent, "mais cette autorisation d'abattage fût accordée."
Certes, mais les revenus de l'année furent en majorité partis.
Ainsi on traite et extermine de nos jours la dernière peuplade de la nature dans l'Union Européenne en Finlande...
Les lapons sont obligés d'abandonner leur culture et d'aller travailler dans le sud de la Finlande.

 Eirik Granqvist
Eirik Granqvist

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

tussi 11/08/2011 22:03





About Eirik Granqvist

Eirik Granqvist has a low grade education, only competence to teach children. He has studied

how to stuff animals. He has founded Préhistorama museum in France. After controversy with

French authority, he has return back to Finland. Later he has been teaching the Chinese to

stuff animals.

Finnish people do not admire Eirik Granqvist at all. He wants always to impress his own

different opinion about everything without really knowing the facts and tries to get everybody

to believe that he is right. Granqvist manages to quarrel about almost every subject with

almost everybody In Finland. He has also been disliked in other countries in Europe.

EIRIK GRANQVIST IS DEFINITELY NOT A UNIVERSITY PROFESSOR IN FINLAND.
Only Chinese people call him professor.
Eirik Granqvist has not studied politics and is not an expert or authority on the problems of

Tibet.

Everything he says or writes about the Tibet problem is coloured by his Chinese employer. He

is totally blinded by chinese ideology. The Chinese employer arranged and paid Eirik

Granqvist´s visit in Lhasa and Tibet. Granqvist has a strong wish to be something. By writing

about Tibet irritatingly without caring if it is true or not: he got at last the attention he

secretly desired.

Eirik Granqvist has very much harmed the Tibetan people and the nation of Finland.

I can only regret that personal desire of Eirik Granqvist to be admired is stronger than the

mental truth.

-------------------------------------------------
Human Rights Watch July 2010 :

China has rejected an independent inquiry into the March 2008 protests and their causes,
and has made serious efforts to conceal details of its related security operations.

China has also barred foreigners-including many media organizations-from freely traveling
in the region, further preventing investigation into allegations of brutality and abuse.

China has refused to admit UN human rights rapporteurs and-with some rare exceptions-foreign

diplomats and, despite a long history of abuses in its detention system, continues to block the

International Committee of the Red Cross from visiting its prisons, arguing the government-

controlled Chinese Red Cross fulfills this mission. There are no known public Chinese official

reports about prison conditions in Tibet.

-------------------------------------------------

Sincerely Yours
A voice from independent Finland




lauret régnier 14/01/2010 22:06


J'ai lu avec intérêt l'article D'Eirick Granqvist.
Je  suis à la recherche de ses coordonées,
car j'aimerai renoué un contact avec lui et sa femme.
Avec un ami, nous avions fait un film avec lui en 89,
lorsqu'il était Bidon. 
J'habite St Montan.

Merci de me répondre,

Laurent Régnier.


Papadoc 19/01/2010 17:17


Bonjour,
j'ai envoyé votre adresse mail à Eirick.
Cordialement