Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
occitan-touareg

/Niger/Ahmed AKOLI (MNJ) parle sur "Temoust"

17 Septembre 2009 , Rédigé par Papadoc Publié dans #MNJ

Entretien avec Ahmed AKOLI, Secrétaire Général de la Cellule Politique du Mouvement des Nigériens pour la Justice (MNJ) en Europe

jeudi 17 septembre 2009

Aujourd’hui, où en sont les négociations avec le pouvoir nigérien suite à la médiation libyenne ?

Ahmed AKOLI MNJAhmed Akoli :La médiation initiée par le guide de la révolution libyenne entre le Niger et le MNJ suit son cours, et hier des responsables nigériens ont participé à une rencontre avec nos délégués à Niamey. Le gouvernement, par son représentant, leur a signifié officiellement sa disposition à poursuivre le dialogue. Dans les prochains jours une rencontre est prévue à Tripoli entre les deux présidents. La date n’a pas été déterminée. Le président nigérien a promis de faire libérer les prisonniers détenus à cause de leur appartenance sociale et – ou - supposés de connivence avec notre Mouvement. D’autres points non négligeables ont aussi été abordés, et quand à notre délégation, elle a déjà regagné la Libye.

Il reste un travail de fond à faire entre les différentes parties pour aller aux véritables négociations, et des assises du Mouvement donneront la suite à donner. Pour nous, des obstacles sont en train d’être dépassés pour instaurer un climat de sérénité au nord. Pour le moment nous restons ouverts et prudents et attendons encore la matérialisation de cette volonté.

 

Qu’en est-il de la France et de l’Algérie ?

Ahmed Akoli :La France exploite à fond l’uranium au nord, détruisant le cadre de vie des populations sans aucune forme de contre partie. Elle apporte son expertise au système politique actuel du Niger sans jamais prendre d’initiative quelconque. L’Algérie, un des leaders de la sous région, reste en retrait pour le moment. Les organisations africaines, quand à elles, se détournent totalement du Sahara et des ses occupants, elles n’en parlent qu’en termes de sécurisation de frontière pour faire appel aux fonds internationaux en cas d’enlèvements terroristes, sans jamais parler des droits des occupants de cette aire géographique.


Le MNJ a traversé plusieurs crises ce dernier mois. Où en êtes-vous actuellement ?

Ahmed Akoli :Effectivement il y a eu une rupture de confiance entre le premier responsable du Mouvement et ses compagnons directs, par manque de transparence et de collégialité dans les décisions engageant le Mouvement, mais ce dernier reste membre à part entière du Mouvement.

 

Un Directoire a actuellement été chargé de la conduite de nos actions pour consolider notre unité. Nos martyrs ont donné ce qu’ils ont de plus cher : leur vie. Et d’autres combattants restent mobilisés pour l’instauration d’une justice sociale au Niger.

Actuellement des efforts sont en train d’être entrepris pour consolider l’unité de tous les combattants du MNJ sans exception et des autres frères qui l’ont quitté à un moment ou à un autre. Un appel leur est lancé pour la convergence de nos efforts en vue d’atteindre nos objectifs communs. Je pense que la maturité d’esprit nécessaire existe en chacun des combattants pour éviter les querelles intestines et dépasser tout cela.

Tout ce qui se passe là est un signe de vivacité et d’esprit critique, que les uns et les autres doivent prendre avec fair play, car un mouvement c’est un ensemble qui doit continuer. Cela prouve qu’on peut se remettre en question et provoquer un débat démocratique sur nos objectifs et stratégies, mais aussi avoir une culture d’imputabilité.


La situation politique du Niger est conflictuelle. Comment analysez-vous son évolution ?

Ahmed Akoli :C’est un recul désolant, les jalons d’un Etat fiable restent à installer au Niger, on peut s’attendre au pire si la classe politique ne se ressaisit pas à temps. Il y a des réalités que nous dénonçons depuis longtemps et qui nous rattrapent, telles que, par exemple, les institutions taillées sur mesure dont le dysfonctionnement met en exergue une lutte de clans.

 

L’opposition n’est pas plus méritante que la dynastie actuelle au pouvoir. En ce qui nous concerne, aucun d’eux n’a trouvé à ce jour une ébauche de solution à nos préoccupations, ni même eu le courage d’aborder politiquement le sujet qui reste tabou. Les opposants se retrouvent d’ailleurs mieux dans les injustices que nous subissons, si ils n’en sont pas pour certains les instigateurs. Les non applications des Accords de Paix de 1995 pour préserver la paix sociale n’a été la préoccupation d’aucun d’eux, ni le déséquilibre socio économique entre les régions, caractérisé par la confiscation des terres.


Quels sont les enjeux du développement pour votre pays et pour le peuple touareg ?

 

Ahmed Akoli :Les communautés des pasteurs éleveurs nomades, notamment au nord Niger, n’ont que la terre et le cheptel, ces espaces semi arides, comme richesse. Dépossédées, sans exercice d’autodétermination, elles subissent déjà une pauvreté chronique, due aux sécheresses ou disettes, plus rarement aux inondations, et là elles entrent dans une pauvreté permanente. Cette privation des droits fondamentaux les désorganise, ruine la base de leur économie pastorale, détériore leur cadre de vie. La terre est monétarisée avec les permis d’exploitation de plus en plus systématiques et notre identité en pâtit. Ces injustices constituent une menace à notre existence, et dans un élan de survie les communautés n’ont plus que le choix de la révolte face à un Etat et des institutions inadaptées.

 

J’espère qu’un jour, l’Etat du Niger le comprendra, et recherchera une solution juste et durable à nos revendications politiques.

Ahmed AKOLI, Secrétaire Général de la Cellule Politique du Mouvement des Nigériens pour la Justice (MNJ) en Europe

Propos recueillis par Jacqueline Dupuis, Temoust

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article