Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
occitan-touareg

Azawad, de la difficulté d'accéder à l'indépendance par les armes

8 Octobre 2012 , Rédigé par Pellet Jean-Marc Publié dans #AZAWAD

De la difficulté d'accéder à l'indépendance par les armes

Le MNLA change tout doucement sa phraséologie et commence à mettre de "l'eau dans son vin" ou un peu plus de sucre dans son thé !

Il apparaît que des tensions voient le jour au sein du Conseil Transitoire de l'État de l'Azawad (CTEA), entre la tendance Moussa Ag Assarid et Ibrahim Ag Assaleh.

Tous les amis de l'Azawad ( dans sa diversité culturelle ) souhaitent que les initiateurs de la proclamation de l'Indépendance de l'Azawad ne commettent pas les mêmes erreurs que leurs frères des États voisins en vendant leur idéal pour une poignée de dollars...

En revanche, ce qui est certain, c'est que l'État de l'Azawad pourra voir le jour uniquement si un référendum démocratique est mis en place afin de lui donner une légitimité grâce à un soutien réel de l'ensemble de ses populations.

Sans l'accord de la majorité des femmes et des hommes de ce nouvel État, la guerre civile sera inévitable à plus ou moins long terme.

Une condition tout aussi primordiale est la mise en place dans la cadre de cet État d'un véritable fédéralisme afin que toutes les composantes culturelles soient reconnues et acceptées.

Je continue à soutenir la partition de cet État artificiel qui se dénomme Mali, mais il aurait été préférable que cette évolution historique passe par des voies démocratiques. Il faut reconnaître que souvent, face à l'incapacité du pouvoir et du système mis en place par les anciens colons, seule la violence permet un réel déblocage ou un réel bond en avant dans l'Histoire.

C'est bien d'apporter une aide économique, culturelle et médicale à des États comme le Mali ou le Niger, mais une aide tout aussi importante consiste à donner la possibilité aux citoyens de ces États pluriethniques à s'organiser politiquement dans un cadre légal, en acceptant que les idées indépendantistes puissent s'exprimer.

Tel est le cas pour l'Écosse, le Québec, la Catalogne et tant d'autres. Les peuples sans État peuvent accéder à l'indépendance sans passer obligatoirement par la phase violence. L'Homme a marché sur la lune, mais il n'accepte pas encore l'idée que tous les peuples puissent co-exister dans le respect mutuel.

Ce fait n'est pas lié au système économique ou politique mais il est lié à une tendance pathologique et chronique de l'espèce humaine et cette tendance appelée "impérialisme" est à combattre au sein de chaque peuple.

Pellet Jean-Marc

**********************************************************

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE n°31 du 7 OCTOBRE 2012

Dimanche, 07 Octobre 2012 00:00

LE MNLA POURSUIT SA LUTTE POUR L'INDÉPENDANCE DE L'AZAWAD

Le MNLA n'a chargé personne pour dire qu'il renonce à l'indépendance de l'Azawad. La question concernant l'indépendance ne sera traitée qu'autour de la table des négociations ni avant ni ailleurs.

En outre, la presse algérienne fait état de la présence d'une délégation du MNLA à Alger. Nous apportons un démenti formel à cette information.

Fait le 7 octobre 2012

Moussa Ag Assarid

Membre du Conseil Transitoire de l'État de l'Azawad (CTEA)

Chargé de l'Information et de la Communication

http://mnlamov.net/

                                                *************************

Mali: Les touaregs du MNLA renoncent à la sécession

Mis à jour le 07.10.12 à 22h38

Le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le principal groupe touareg rebelle au Mali, qui s'était emparés du nord du pays en avril, ont confirmé dimanche avoir renoncé à leur intention de créer un Etat séparé. L'Azawad est le nom que donne le MNLA au nord du Mali, dont il a proclamé l'indépendance en avril, profitant d'un coup d'Etat militaire à Bamako, avant d'en être chassé par plusieurs groupes islamistes liés à Al Qaïda, tels Ansar Dine et le Mujao. «Nous revendiquons notre droit à l'autodétermination qui ne veut pas dire sécession», a dit Ibrahim Ag Assaleh, un responsable du MNLA, après avoir rencontré le président burkinabè Blaise Compaoré, médiateur de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao).

Ibrahim Ag Assaleh a précisé que le MNLA visait toujours l'indépendance de la région, mais a mis l'accent sur la prééminence du «droit à la vie, à la santé, à l'éducation, (des) droits politiques et (du) droit à l'expression» sur les questions territoriales. L'Union africaine a demandé en juin aux Nations unies de soutenir une intervention militaire au Mali, mais le Conseil de sécurité a répondu qu'il devait d'abord pouvoir établir clairement les buts d'une telle opération et la façon dont elle devait être menée. François Hollande, le président français, a estimé vendredi que «nul ne ferait obstacle» au Conseil de sécurité à une résolution autorisant l'envoi d'une force au Mali, que la France est prête à appuyer sans toutefois engager elle-même des hommes.

Avec Reuters

http://www.20minutes.fr/ledirect/1017769/mali-touaregs

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article