Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
occitan-touareg

Azawad : Le combat pour Ménaka

21 Novembre 2012 , Rédigé par Pellet Jean-Marc Publié dans #AZAWAD

Le chemin vers l'indépendance de l'Azawad ne se fera pas sans larmes et souffrances... Tel est le prix à payer pour ce passage de l'esclavage à la liberté. JM P

Par RFI
C'est la désolation, ce mardi 20 novembre 2012, à Ménaka. Vingt-quatre heures après les violents combats qui ont opposé les jihadistes du Mujao aux éléments du MNLA, le bilan est très lourd : de très nombreux morts de part et d'autre dans une ville qui, selon des sources locales, est tombée ce mardi soir aux mains du Mujao.

Selon des témoignages convergents, les combats qui se sont déroulés ce lundi ont été redoutables. Quelques dizaines d'hommes du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), surtout originaires de la communauté des Touaregs Ouelleminden de Ménaka, ont réussi à repousser, durant une bonne partie de la journée, les combattants islamistes du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) venus en nombre de Gao, et lourdement armés.
Après avoir repoussé plusieurs assauts, les gens de Ménaka ont été dépassés dans la soirée. Entre-temps, les islamistes avaient reçu des renforts, avec des armes lourdes. Certains évoquent des renforts d'al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).
C'est à ce moment-là, selon Bajan Ag Hamatou, député de Ménaka joint à Bamako, qu'a eu lieu le carnage. Les combattants du Mujao se sont rués sur les quelques éléments du MNLA. Sans renfort humain, ces derniers n'ont pas pu faire face. Celui qui conduisait les combats, le président du conseil du cercle de Ménaka (Alwaderat), a été tué avec onze autres de ses proches.
Pour Bajan Ag Hamatou, le MNLA n'a envoyé aucun renfort sur place, et les forces étaient totalement déséquilibrées au profit du Mujao. Le député assure que les hommes qui ont défendu Ménaka étaient des gens de Ménaka, qui étaient associés au MNLA ces derniers temps. Mais selon lui, ils se sont battus avant tout pour défendre leur villle.
Ce soir, Ménaka est une ville defaite. On découvre encore des morts sur place au fil des heures. Les combattants des deux camps ont néanmoins quitté les lieux désormais.


                                           ***********************************
Moussa Ag Assarid
Après avoir fait le tour de l'ensemble de la direction politique et de l'état major militaire du MNLA, je peux rassurer tous les azawadiens et leurs amis que les choses avancent malgré tout. Par rapport aux groupes narco-terroristes du MUJAO et d'AQMI, nous avons perdu peu d'hommes et de matériels. Le moral des troupes est bon et les braves combattants du MNLA sont plus que jamais déterminés à aller jusqu'au bout de la LIBÉRATION pour proterger notre peuple contre les narco-terroristes qui veulent l'exterminer pour lui permettre de vivre librement et dignement sur notre terre dans la paix et la justice.
Aujourd'hui, tout le monde sait que nous sommes en train de faire ce que de nombreux pays avec leurs armées nationales et tous les moyens dont ils disposent, n'ont pas pu faire en 12 ans. Ceux qui luttent contre le terrorisme international doivent enfin se reveiller et agir en soutenant le MNLA qui est en train de combattre concrètement le narco-terrorisme avec ses moyens de bord et une détermination sans faille. Les pays voisins de l'Azawad doivent surveiller activement leurs frontières.
Chaque azawadien qu'il soit songhaï, peulh, arabe, touareg ou autre doit apporter sa pierre à l'édifice commun, l'AZAWAD qui résistéra à toutes les tourbillons ou les ouragans de la mondialisation. Le MNLA ne laissera aucun centimètre carré de l'Azawad ni au MUJAO ni à AQMI ni à personne d'ailleurs et il sera ce que les azawadiens dans toute leur diversité (qui fait notre richesse) en feront.
Vive l'Azawad et vive le MNLA.
Moussa Ag Assarid

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article