Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
occitan-touareg

Azawad - les nouveaux Etats prennent forme

20 Février 2012 , Rédigé par Pellet Jean-Marc Publié dans #AZAWAD

Je vous propose à la lecture cet article de 1995 écrit par notre ami Veyrac Jean-Louis.

En fin d'article une carte des Ethnies de la région afin de comprendre un peux mieux le conflit au Nord-Mali.


AFRIQUE NOIRE 

Quelques pistes pour l'ethnisme africain (1995)

Les notions d'Afrique et d'africanité en tant que représentations géopolitiques, ont eu un impact réel et efficace pendant toute la période de décolonisation marquée par l'idéal pan-africain de libération.
Il n'en est plus de même à l'heure actuelle, maintenant que la totalité du continent a, au moins formellement, rompu avec les pays colonisateurs. L'apparition de deux nouveaux États, la Namibie et l'Erythrée, la fin de l'apartheid et l'arrivée au pouvoir de la majorité noire en République sud-africaine ont en effet conclu le cycle historique entamé à la fin des années 1950.
Désormais, le continent africain aborde une nouvelle phase de structuration de ses espaces géopolitiques internes et de ses relations avec les États européens et le reste du monde.

Quels États en Afrique aujourd'hui ?

Les découpages territoriaux issus des rapports de force coloniaux ont pour l'essentiel démontré leur caractère inique et leur nuisance en matière de développement humain et économique.
L'aberration consistant à tracer à la règle sur une carte, de futures frontières d'États est la cause de drames innombrables. Elle a conduit à la fragmentation sous diverses citoyennetés de peuples solidement unis, sinon par les liens politiques du moins par les liens de la langue et de la culture. Ainsi en a-t-il été des Touaregs, des Mandés, des Haoussas, des Ewés, des Somalis, des Maasaïs, des Bakongos, des Khoïsans pour se limiter à ceux-là.
Ce dépeçage s'est accompagné du regroupement sous une même loi de populations que tout séparait jusqu'alors et qui, parfois, se haïssaient férocement. C'était une gageure de vouloir fondre des peuples dans une citoyenneté et un sentiment national communs alors qu'ils n'avaient rien réclamé de tel pendant les luttes d'émancipation. Si, trois décennies après la vague de décolonisation, des embryons de sentiment national existent bien çà et là, il apparaît surtout que chaque ethnie ou fraction d'ethnie (tribu) a, dans l'ensemble, une vision restrictive de ce que sont l'État-nation et le sentiment national.
L'État-nation n'apparaît pas comme un lieu de contractation entre groupes et intérêts particuliers
Mais comme une machine de pouvoir que l'on actionne ou dont on est exclu.
Le sentiment national n'est pas vécu comme un lien de solidarité transcendant les clivages ethniques, politiques, socio-économiques ou religieux mais comme une exacerbation du sentiment particulariste lorsqu'on participe de près ou de moins près à l'exercice du pouvoir. Cette attitude entraîne tous les abus d'autorité que l'on constate depuis les indépendances.

Demain ?

Il faut bien l'admettre, en Afrique comme ailleurs, ce sont la langue et la culture qui fondent les rapports humains. C'est donc en se basant sur leur variété que doit s'opérer le rééquilibrage démocratique des États africains, étant entendu que l'État est une nécessité inhérente aux sociétés humaines actuelles mais qu'il n'est qu'un instrument, pas une fin en soi. Cela signifie donc dans bien des cas, leur refondation ou disparition, ou bien leur apparition.
Du fait de l'histoire particulière de l'Afrique, de la faiblesse de ses traditions Étatiques dans beaucoup de régions, on peut bien admettre que c'est l'État qui doit fonder la nation, l'inverse étant improbable. Mais encore faut-il que l'État repose sur des soubassements humains et culturels évidents et solides. Comme en Europe, voire en Asie, l'État doit s'appuyer humainement, linguistiquement, culturellement et territorialement sur l'ethnie.

  1. -La langue est ce qui résume le mieux l'ethnie. Elle s'articule généralement avec de notables particularités culturelles. Ses variations et l'absence de koïné ne doivent pas être des freins à l'institution de structures Étatiques indépendantes ou autonomes, tout autre idiome pouvant transitoirement tenir lieu de langue véhiculaire.
  2. -Lorsque dans une aire donnée, l'émiettement linguistique est une réalité incontournable, on peut alors faire appel aux autres réalités culturelles et civilisationnelles pour dessiner les contours de l'ethnie. La variété humaine à l'intérieur des États sera alors respectée par le biais d'institutions régionales et locales adéquates.
  3. -De même faut-il considérer avec attention les multiples situations d'assimilations en cours depuis un siècle et donc envisager la progressive désaliénation de nombreuses populations.
  4. -La taille des ethnies étant variable tout comme celle des États, on ne pourra tirer argument de l'étroitesse démographique d'une ethnie pour nier son droit à l'État. Dans les cas extrêmes, la création d'un État autonome au sein d'un État plus grand s'impose alors logiquement. En plusieurs endroits d'Afrique, on doit même envisager des formules associant des populations de faible importance démographique et très disparates sur le plan linguistique, au Tchad centre-oriental par exemple.
  5. -La dislocation de bien des aires ethniques en Afrique résulte des effets cumulés de la traite des esclaves tant par les esclavagistes européens qu'arabes, de ceux de la colonisation qui suivit et de ceux des dynamiques impérialistes inter-africaines. La refondation des États d'Afrique dans une perspective ethniste implique le rétablissement de l'homogénéité territoriale de beaucoup d'ethnies. Cela devra se réaliser sur des bases justes, équilibrées, réalistes avec de nécessaires compromis territoriaux et des transferts mesurés de populations.
  6. -Quels que puissent être les effets du "remembrement" en matière d'homogénéité ethno-culturelle et linguistique, la permanence de nombreuses minorités enclavées semble inévitable. Partout, il faudra prévoir pour elles des statuts garantissant les droits les plus élémentaires de leurs membres.

Problèmes à affronter

Tout comme ailleurs, l'ethnisme africain se heurtera à deux catégories de conservatismes : les tenants du statu quo territorial et de l'intégrité des frontières issues de la colonisation, d'une part ; les partisans d'un localisme étroit, du régionalisme et du tribalisme, d'autre part.
Il est clair qu'on ne peut faire l'impasse sur les pesanteurs des structures socio-politiques anciennes ou plus récentes. La politique ethniste doit donc viser à les intégrer dans sa démarche : la fédéralisation des États actuels sur une base ethnique est la réponse la plus pragmatique qui se puisse trouver aux inquiétudes des premiers; le maintien des structures locales et tribales comme lieux d'apprentissage de la démocratie et facteurs d'une effective intégration sociale est de nature à rassurer les seconds.
Une nouvelle dimension s'impose dans la géopolitique africaine, celle de l'intégration économique régionale des États. Les ethnistes doivent soutenir les différents regroupements en cours (UMA, CEDEAO, CEAC et CDAA) car ils sont la voie obligée du développement économique, surtout s'ils sont effectivement gérés par les Africains. Mais également, en favorisant la circulation des marchandises sur la base des intérêts des peuples africains, ils induisent à terme la circulation des hommes et donc, des idées et permettront les relations au sein des ethnies démembrées par les frontières artificielles.
L'intégration économique du continent, a fortiori politique, paraît illusoire pour longtemps, à supposer qu'elle soit souhaitable - ainsi, on a pu voir combien les différents problèmes du monde arabe ont eu de répercussions négatives sur l'OUA.
Par contre, l'intégration régionale semble plus réaliste et peut devenir assez rapidement effective. Seuls les problèmes politiques internes des États, liés aux exigences de démocratie notamment, et la pression croissante des revendications de "remembrement" de la part des ethnies écartelées freineront ces processus inéluctables et positifs d'agrégation économique.
En soutenant ces derniers, les ethnistes s'inscrivent dans le sens de l'Histoire qui fait osciller sans cesse les sociétés humaines entre différenciation et intégration, entre individualisation et homogénéisation.
Etablir la justice entre ethnies en leur donnant notamment un État, cela veut dire dans bien des cas, séparer ce qui était "mal marié"; il faut donc pouvoir compenser par une union à quelque chose de plus grand, les communautés économiques. Celles-ci deviennent autant nécessaires pour le développement matériel que pour celui des consciences nationale-ethnique, macro-régionale et mondiale.
Les cheminements vers l'adéquation entre ethnies et États seront probablement différents d'une zone à l'autre de l'Afrique. Il est à souhaiter que l'exemple éthiopien fasse école et que le droit à l'autodétermination et à la séparation des ethnies soit inscrit progressivement dans la Constitution de chaque État concerné, soit la presque totalité.
De la décentralisation à la fédéralisation, de l'autonomie régionale à l'indépendance, ce qui comptera, ce seront moins les délais de mise en place que le sentiment des forces politiques dans chaque pays ; seule une stratégie "étapiste" progressive peut conduire à des résultats irréversibles et positifs pour l'ensemble des ethnies africaines.

Conclusion

Comme une psychanalyse réussie, la libération des ethnies, de leurs langues et de leurs cultures, amènera un regain d'énergie vitale et une créativité nouvelle dont l'Afrique a un besoin immense.
L'échec de presque tous les États issus du partage colonial doit servir de leçon à très courte échéance. Le développement économique, la maîtrise de l'accroissement démographique, l'éradication des pandémies, la préservation des équilibres écologiques ainsi que l'élimination des séquelles du colonialisme ne peuvent être véritablement assurés que par une alphabétisation accélérée dans les langues autochtones et en prenant en compte le dynamisme des cultures locales.
Tout cela ne peut exister que si leur dignité est rendue aux ethnies à travers des structures politiques, économiques et culturelles autonomes adaptées à leurs besoins. Les énergies destructives avec lesquelles s'affrontent les ethnies et les tribus à la conquête d'appareils d'États sans fondements historiques ni légitimités nationales, doivent être reconverties en énergies positives vouées au développement et à la satisfaction des besoins essentiels dans la plus grande justice possible.

 Jean-Louis Veyrac, 1995

 

http://ethnisme.ben-vautier.com/ Veyrac

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

medicalbilling processor 04/08/2014 14:17

Historians called Africa the Dark Continent. BUT, we hear these days a lot of interesting news from Africa. Perhaps, Africa could be the continent that can supply values, resources and intelligence to other parts of the world tomorrow. It is shocking that there are some evil elements too in certain parts of Africa.