Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
occitan-touareg

Ben VAUTIER et l'identité française dans Lo Lugarn n°99

21 Janvier 2010 , Rédigé par Papadoc Publié dans #occitanie

Le grand débat sur l'identité française par Ben Vautier
Ben VAUTIER-carcassonne-2009_0530.jpgMerci M. Besson de nous avoir proposé ce grand débat sur l'identité nationale. Beaucoup sont contre, moi je suis pour à 100 % pour depuis que je l'attendais, sans doute pas pour les mêmes raisons que vous.
Mais c'est un débat n'est-ce pas ?
Chacun peut donner son avis. Voici donc le mien.
Pour commencer, je dirais : pour que ce débat soit clair, il faut au départ qu'on sache de quoi on parle.
Qu'est-ce qu'une identité ? Qu'est-ce qu'une langue ? Qu'est-ce qu'une culture ? Qu'est-ce qu'une nation ?
Est-il vrai, comme l'ont dit François Fontan et Claude Lévi Strauss qu'il n'y a pas de peuple sans sa langue et pas de langue sans sa culture et que toute langue, culture, peuple a le droit à sa diversité ? Alors je ne comprends pas celui qui dit « Attention danger il ne faut pas ouvrir la boîte de Pandore » Au contraire je pense que si on refuse de l'ouvrir on va droit dans le mur de l'intolérance et des confrontations.
Ensuite, je dirais : Si vous ne voulez pas que ce débat se résume à un exercice de propagande avec des mots creux comme valeurs, chants, etc. etc., il faut inviter à y participer les Bretons, Basques, Catalans, Occitans, Flamands, Alsaciens et les mouvements autonomistes qui les représentent ainsi que toutes les associations des communautés des mégapoles plutôt que les intellectuels gargarisateurs de service.
Ensuite, je dirais : Ok le monde change, les temps ont changé mais les peuples sont toujours là.
La diversité ne perd pas du terrain, au contraire elle en gagne partout dans le monde. Le centralisme des Etats Nations envers leurs propres minorités culturelles et territoriales est en train de perdre la bataille.
Ensuite, je dirais : Le fond du débat n'est plus le communautarisme est-il positif ou négatif ? Mais est-ce que la France peut ou pas, en 2009, éviter le communautarisme dans la mesure où c'est une dynamique en marche.
Les Inuits du Groenland gagnent les élections.
Les Ecossais gagnent les élections.
Les Catalans gagnent les élections.
Les Basques se battent toujours.
Les Hongrois de Roumanie et de Slovénie se battent pour leur langue.
Les Mapuches au Pérou se battent pour leur langue.
Les Flamands et Wallons acceptent la différence.
Les Québécois récupèrent leur langue : le Français.
Les Acadiens veulent parler le Français.
Les Hispaniques aux USA imposent l'Espagnol.
Les Bretons inventent un festival qui réunit 400000 personnes.
Les Corses, les Sardes re-imposent leur langue.
Partout dans le monde en même temps qu'il y a globalisation, il y a résurgence des identités.
Les langues se réveillent, les gens veulent savoir qui ils sont c'est-à-dire : être eux-mêmes.
Il faut donc créer un monde où chaque langue, chaque culture respecte les autres langues et cultures.
Ensuite, je dirais que Selon un sondage, 60 % des personnes interrogées pensent que «c'est une bonne chose» que l'identité nationale devienne un thème de débat dans la société française. Je suis d'accord avec ce sondage mais je l'interprète autrement.
Ne serait-il pas possible que, dans les 60 % qui sont favorables au débat il y ait un grand pourcentage de Bretons, de Basques, de Catalans, d'Occitans, de Flamands, d'Alsaciens de nationalité française désirant s'exprimer contre le centralisme et le jacobinisme ?
Ensuite, je dirais que je lis sur le Net que Sciences-Po a dénoncé la censure quasi-systématique mise en place sur le site Internet censé organiser ce débat virtuel. De quelle censure s'agit-il ?
Ensuite, je dirais que le jour même de lancement de ce débat sur l'identité nationale Claude Lévi Strauss meurt et pourtant ni la presse ni les médias ne soulignent que Claude Lévi Strauss est célèbre entre autres pour son discours à l'Unesco sur le droit à la diversité des peuples et cultures et qu'il était viscéralement contre l'assimilation d'un peuple par un autre, qu'il considérait cela comme une forme d'impérialisme.
Ce constat débouche sur la résolution de Sarkozy de proposer une grande réunion des membres du G20 pour discuter et décider d'une attitude commune des Etats nations existants envers le droit des peuples dits minoritaires à pouvoir s'épanouir dans leur propre culture.
Ben VAUTIER dans Lo Lugarn n°99

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article