Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
occitan-touareg

Mali/Bamako « L’Université Autonome des Sciences et Technologies du Sahel » en ordre de marche

20 Mai 2011 , Rédigé par Papadoc

SahelTech

A besoin de votre soutien

Mots-clés : SahelTech, savoir, savoir-faire, services aux populations, citoyenneté solidaire.

0- Introduction

 « L’Université Autonome des Sciences et Technologies du Sahel », SahelTech dont le web site est à l’adresse http://www.stech.edu.ml ) vient d’ouvrir ses portes à Bamako. SahelTech est une université privée à but non lucratif. Elle ambitionne  de remplir une vraie mission de service publique de l’éducation à l’endroit de l’Afrique. SahelTech a créé un partenariat avec l’Université de Bamako (UB), l’Université Abdou Moumouni (UAM) de Niamey, l’Université UO3S de Ouagadougou, l’Université de Tunis (UT).

SahelTech a pour ambition de donner accès au savoir, de promouvoir le savoir-faire, de se mettre au service des populations et des entreprises en offrant son expertise. SahelTech a l’ambition de compter, en trois ans, 15.000 étudiants.

1- Le contexte social africain et la vision stratégique de SahelTech :

Le savoir et le savoir-faire sont le moteur du progrès humain. Mais ils ont un coût d’acquisition et, aussi, ils sont périssables. Les frais d’inscription d’un étudiant dans une université d’Etat aux Etats-Unis se situent autour de 35.000 Euros soit environ 25 millions CFA. Les frais de scolarité à SahelTech sont de 300.000CFA soit 460 Euros.

Les élites africaines envoient leurs propres progénitures acquérir le savoir et le savoir-faire à des coûts exorbitants en Europe et en Amérique. Que reste t-il aux millions de jeunes africains d’origine modeste ? Le désespoir conduisant à la violence ou à l’aventure sans lendemain de la migration clandestine. SahelTech a l’ambition d’être, par sa vision et sa mission,  une des voies pour changer ces réalités et apporter un savoir, un savoir-faire aux jeunes africains en Afrique et à des coûts raisonnables.

2- Les difficultés sont réelles

Pour faire fonctionner toute entreprise, le rôle d’une minorité constituée des banques et des autorités publiques est indispensable. En Afrique l’accès aux moyens financiers est contrôlé par cette minorité qui bloque le progrès de la société entière.

3- Que pouvez-vous faire pour soutenir SahelTech

SahelTech ne cherche nullement à se rajouter à la très longue liste des structures africaines y compris les gouvernements qui vivent d’aides, de dons et de subsides. SahelTech recherche :

  • Des personnes intéressées par l’éducation en Afrique, qui ne sont pas nécessairement des universitaires, pour faire partie de son Conseil d’Université ;
  • Des équipements de laboratoires, même usagés, en Physique, en Chimie, en Biologie, en Microbiologie, en ingénierie (particulièrement Electricité, Electronique, Télécommunication) que nous souhaitions acquérir à des tarifs abordables ;
  • Des prêts « populaires » que des groupes de « citoyens libres et solidaires » pourraient faire à SahelTech, à des taux d’intérêts raisonnables, afin de lui permettre de croitre et d’accomplir sa mission ;
  • Des possibilités de contribuer à l’émergence de jeunes en leur offrant des bourses d’études et donc la liberté de devenir Hommes.

Si vous êtes intéressés par apporter un de ces soutiens, de constituer autour de vous « un groupe de citoyen libres et solidaires », si vous souhaitez apporter simplement des idées, joignez vous à nous. Oui, la vie est encore pleine de sens. Oui, des aventures vraiment humaines sont encore possibles. Si vous souhaitez vous joindre à SahelTech, écrivez-moi un email à dkonate@vt.edu ou à dkonate@stech.edu.ml .

Professeur Dialla Konaté, Président de SahelTech

Bamako le 17 Mai 2011

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article