Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
occitan-touareg

Mali / Répression au Premier Grand Congrès de la Jeunesse du Nord à Tombouctou

2 Novembre 2010 , Rédigé par Papadoc Publié dans #AZAWAD

Répression au Premier Grand Congrès de la Jeunesse du Nord à Tombouctou au Mali.

Tombouctou maliJ'annonçais il y a quelques jours la tenue d'une réunion de jeunes Maliens à Tombouctou.

Il semble que la démocratie ne soit pas encore de mise au pays de ATT, le Pharaon.

Deux des principaux organisateurs, Ag Acharatmane et Aboubacrine Mohamed Fadil sont en prison.

Pour plus d'infos merci de passer sur leur site.

Suite à ce déni de démocratie, un ami me fait le plaisir de s'exprimer afin de crier son mécontentement.

Voici sa lettre :

« Le 1er Novembre, les thuriféraires du Pharaon, ont reçu de leur maître, l’ordre de faire du bruit… afin de couvrir la complainte sépulcrale des opprimés. Le Palais a lâché ses crieurs et ses scribes, prompts à l’anathème. Personne ne manquait à l’appel.

Le réseau de la forfaiture s’est refermé comme d’habitude autour d’une vérité qu’on étouffe. Mais la victime est increvable ; même foulée aux pieds, enterrée, elle ne consent pas à se taire.

Alors les littérateurs de service ont élevé leurs clameurs vers les cieux, emplissant l’air d’opprobre et d’invectives contre les morts et les vivants parmi les Justes. En vain. L’innocence assassinée est loquace. Elle parle beaucoup et sa voix porte loin. Elle hante le sommeil du bourreau. Elle témoigne chaque jour contre l’orgueil éphémère de Pharaon et le silence résigné des autres.

Non, l’innocence assassinée n’aime pas l’oubli ; elle nous oblige au souvenir. Certains se sont réfugiés dans l’amnésie volontaire, d’autres, la conscience tourmentée, se détournent du passé proche, non sans quelque pudeur. Nous, nous n’avons pas le choix. Nous (Ag Acharatmane et Aboubacrine Mohamed Fadil) sommes liés par une éthique bien simple. Elle nous dicte de prendre systématiquement parti pour ceux que l’humiliation écrase, les abonnés permanents de la torture, ceux sur lesquels la loterie de l’exécution arbitraire déploie ses fastes sinistres.

Pharaon et les siens s’émeuvent de notre engagement. Ils nous objectent avec cynisme l’unité nationale, l’ordre public, bref cet argumentaire grossier où pointe l’ambition de perpétuer l’iniquité sur la promesse d’un nouveau départ. Notre réponse est là, et ne souffre aucune nuance : il n’y a pas d’intérêt supérieur de la Nation qui tienne lorsque l’autorité attente à la vie des citoyens.

Patrie, cohésion sociale, mots insupportables dans la bouche du bourreau, chape de plomb, dalles de censure coulées sur un tombeau qui s’agite et gronde. Oui, le mort innocent a suivi l’ornière de son cousin, le déporté. Il est apatride. La terre le rejette. Le sol n’en peut plus de contenir ces vagues de cadavres sans noms, qui réclament linceul et sépulture. Les fosses se plaignent de la promiscuité macabre, l’herbe ne pousse plus là et, d’ailleurs, les nuages ont déserté les cieux. Frère de l’Azawad, le sable indiscret accuse l’ignominie des hommes. Il continue à exhumer les preuves. Cette vérité neuve éclate chaque jour comme un défi à la figure des dénégateurs et des sceptiques.

Mais rien n’a changé. Quelque part dans ce pays, un père, la gorge noyée par le sanglot, scrute l’horizon carnassier où la silhouette de son fils vient de s’évanouir pour toujours derrière le cliquetis des menottes. Demain la mère ira aux nouvelles. Si elle ne pleure pas assez, elle ne sera pas écoutée, si elle gesticule trop, elle risque l’arrestation. Tel est le dilemme sous le règne de Pharaon.

D’autres cœurs desséchés attendent encore le réconfort d’une justice qui tarde à venir. Des tombes trop pleines continuent à s’ouvrir. La honte enfouie, se déverse et submerge les digues du secret. Les courtisans de Pharaon glapissent toujours. Les jours s’écoulent ainsi… Mais seule la vérité est éternelle. »

Aziz

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article