Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
occitan-touareg

Niger, une opposition "subversive, délétère et félonne" !

23 Janvier 2010 , Rédigé par Papadoc Publié dans #En direct de KOUTOU KALE

Crise politique nigérienne :
Le Médiateur Abdulsalami n’a pas de solution !

Une fois de plus, le dialogue politique entamé depuis le 21 décembre dernier sous l’égide de la CEDEAO est suspendu.
Le Médiateur Abdulsalami Abubakar, constatant qu’il perd inutilement du temps à tenter de rapprocher des positions inconciliables au détriment de certaines de ses activités, a décidé de partir s’occuper d’autre chose. Mais avant de partir, il a distribué des papiers dans lesquels il a fait la synthèse des propositions de la CFDR (Coordination des Forces pour la Démocratie et la République) et du MPRR (Mouvement Populaire pour la Refondation de la République) et a joint ses propres propositions.
Pendant qu’il distribuait ses papiers, le Président de la République Mamadou Tandja n’a eu de cesse de répéter que la Refondation de la République étant inexorablement en marche, tous les Nigériens doivent s’inscrire dans cette dynamique pour la construction du pays. En clair, aucun accord politique, si accord il doit y avoir, ne sera possible en dehors de la 6ème République et sur le dos de ses institutions.
Quelques heures après avoir reçu le document de Abdulsalami, l’opposition a rendu public une déclaration dans laquelle elle « prend à témoin l’opinion nationale et internationale du fait, qu’outre d’avoir été l’unique responsable de la crise dans laquelle il a engagé notre pays, Mamadou Tandja, par son obstination, son autisme et le peu de souci qu’il a pour la paix et la stabilité du pays, est l’unique responsable de l’échec du Dialogue ».
Réponse immédiate du Gouvernement qui, à travers son Porte-parole, a martelé que malgré « la subversion, la délation et la félonie » de l’opposition, « souvent en intelligence avec certaines forces extérieures », « la démocratie sera préservée et pérennisée » dans le « cadre de la 6ème République ».
Cet échange d’amabilités est en fait le constat par les deux parties de l’échec de la médiation de la CEDEAO. C’est qui est prévisible.
Au su de l’attitude adopter par le Président Tandja depuis le début, il est inimaginable de penser que ce que l’opposition n’a pas pu obtenir par ses actions sur le terrain, le Médiateur Abdulsalami le lui arrachera.
Il est même ridicule de croire que dans la situation actuelle le Président Tandja acceptera de son gré de laisser tomber les institutions qu’il a mis en place pour concéder une proportion du pouvoir à l’opposition.
Vu donc la position de Tandja et les exigences de l’opposition, il est évident que le médiateur nigérian n’a pas de solution pour la crise politique.
Une de ses proposition - portée à 160 membres de l’Assemblée Nationale afin d’assurer la représentation de la CFDR – en est une preuve.
On n’a beau manquer de respect pour nos institutions, il est certain que cette proposition ne peut-être acceptée ni par le pouvoir ni par l’opposition.
Une autre de ses propositions - l’amnistie accordée par le gouvernement pour les infractions politiques commises avant le Dialogue demeure valable après celui-ci – dénote de la légèreté avec laquelle il a rédigé ses propositions.
D’abord le gouvernement n’a pas accordé d’amnistie, mais a suspendu les poursuites. Ensuite, les poursuites contre certains leaders ne sont pas liées à des infractions politiques, mais économiques et financières. Et en plus, même si en parlant d’infractions politiques il sous-entend les infractions économiques et financières, pourquoi accorder une amnistie à ceux qui ont commis ces infractions pour qu’ils puissent se réinstaller aux commandes de l’Etat et continuer à perpétrer les mêmes infractions ?
Crise politique nigérienne : Le Médiateur Abdulsalami n’a pas de solution !
I.S.G
Dans Le Témoin du 23-01-10

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article