Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
occitan-touareg

Occitanie-Un défenseur de la langue occitane en 1837, Jasmin

7 Mars 2012 , Rédigé par Pellet Jean-Marc Publié dans #occitanie

Jasmin-AgenVoici un bel hommage à notre langue de Jacques Boé dit Jasmin, coiffeur-poète d'Agen, précurseur de la renaissance occitane dans la première moitié du 19ème siècle.

A relire avant d'aller à Toulouse le 31 mars prochain.

 Aquí un bèl omenatge a nòstra lenga de Jacme Boèr dich Jansemin, perruquièr-poèta d'Agen, davancièr de la renaissença occitana dins la primièra mitat del sègle 19en.

De tornar legir abans d'anar a Tolosa lo 31 de mars venent. 

Traduction : Hilaire Jean-Pierre

 

A Monsur Silvan Dumon, deputat-ministre que veniá de condamnar nòstra lenga gascona a mòrt

A Monsieur Sylvain Dumon, député-ministre qui venait de condamner notre langue gasconne à mort

Lo pus grand pensament que truque l’òme ací

la plus grande affliction qui frappe l’homme ici

Aquò quand nòstra mair, vièlha, febla, desfèita

c’est lorsque notre mère, vieille, faible, défaite

S’arremosa tota e s’alièita

se rétrécit et s’alite

Condamnada pel medecin.

condamnée par le médecin .

A son triste cabeç que jamai l’òm non quita

A son triste chevet que jamais l’on ne quitte

L’uèlh sus son uèlh e la man dins sa man

l’œil sur son œil et la main dans sa main

Podèm ben per un jorn reviscolar sa vita

nous pouvons bien pour un jour ranimer sa vie

Mès ailàs, anuèit viu per s’escantir doman.

mais hélas, elle vit aujourd’hui pour s’éteindre demain.

N’es pas atal, Monsur, d’aquela ensorcilhaira

Il n’en est pas ainsi, Monsieur, de cette enchanteresse

D’aquela lenga musicaira

de cette langue harmonieuse

Nòstra segonda mair.

 notre seconde mère

De sabents francimands.

Des savants français

La condamnan a mòrt desempuèi tres cents ans

la condamnent à mort depuis trois cents ans.

Tanplan viu ça que là ; tanplan sos mots bronzinan

Elle vit cependant, cependant ses mots résonnent

Chèz ela las sasons passan, sònan, tindinan ;

chez elle, les saisons passent, sonnent, tintent

E cent mila milèrs enquèra passaràn

et cent mille milliers encore passeront

Sonaràn e tindinaràn

sonneront et tinteront.

Pr’amor qu’ací lo puple aima sas cançonetas

Parce qu’ici le peuple aime ses chansonnettes

Tant que puple sarà l’oblidarà jamai.

tant qu’il sera peuple il ne l’oubliera jamais.

Mair de tots, a cadun rapèla l’autra mair,

Mère de tous, elle rappelle l’autre mère

Un fraiet, una sòr, d’amiguets, d’amiguetas

un petit frère, une sœur, des amis, des amies

E tant de causòtas enfin

et tant de petites choses enfin,

Que quand i saunejam, cada sera, al confinh

que lorsque nous y rêvons, chaque soir, au coin du feu

Sentèm un riu de mèl ont nòstra ama se banha

nous sentons un ruisseau de miel où notre âme se baigne.

Aquo’s la lenga del trabalh ;

C’est la langue du travail

A la vila, per la campanha

à la ville, dans la campagne

Òm la tròba dins cada ostal

on la trouve dans chaque maison

I esposa l’òme al brèç, jusqu’al clòt l’acompanha

elle y épouse l’homme au berceau, jusqu’à la tombe elle l’accompagne.

O ! Monsur una lenga atal

Oh ! Monsieur une telle langue

De longtemps non se dechifranha

de longtemps ne s’efface

E trabalhan pertant a la dechifranhar

et on travaille cependant à l’effacer.

E vos non cridatz pas, Monsur, de l’espranhar ?

Et vous, vous ne criez pas, Monsieur, de l’épargner ?

Vos que dedins sos prats ont nais la pimparèla

vous qui dans ses prés où naît la paquerette,

Avètz popat sa lèit, marchat a sa trocèla

avez sucé son lait, marché avec ses lisières

Ropilhat dins sos braç, recebut sos potons

dormi dans ses bras, reçu ses baisers

Sautat a sos rondèus, sisclat a sas cançons !

sauté à ses rondeaux, poussé des cris à ses chansons !

Nani ! La renegatz ; sa vielhessa vos jaina

Non ! Vous la reniez ; sa vieillesse vous gêne

Lo grand, grand movament contra ela vos entraina

le grand, grand mouvement contre elle vous entraîne

Me blaimatz mèma a jo de li restar fidèl

vous me blâmez même moi de lui rester fidèle

O ! mès jo, la vertat a desclucat mon uèlh

Oh ! mais moi la vérité m’a dessillé les yeux

Al grand riu de París n’ei pas vist l’aiga canda

au grand ruisseau de Paris, je n’ai pas vu l’eau claire

Triste, desenlusit, tòrni près de ma font

triste, désillusionné, je reviens près de ma fontaine

Ara per jo, Monsur Dumon

Maintenant pour moi, Monsieur Dumon

La pichona patria es bièn avant la granda

la petite patrie est bien avant la grande

E vos que sètz en dòl quand la vesètz sofrir

et vous qui êtes en deuil quand vous la voyez souffrir

Vos, la-sus, assetat a la prumèra renga

vous, là-haut, assis au premier rang

Prenètz bièn garda au mens, de mai l’endolorir

prenez bien garde de ne pas ajouter à sa douleur

Tiratz-li sa misèra e daissatz-li sa lenga !

Otez-lui sa misère et laissez-lui sa langue !

Se li prenètz la tuatz en volent la garir

vous la tuez si vous la lui prenez en voulant la guérir

Car aimam a cantar, mèma dins la tristessa

car nous aimons chanter, même dans la tristesse

Qué volètz ! sembla qu’en cantant,

que voulez-vous ! il semble qu’en chantant

Lo fèl dels pensaments n’amareja pas tant

le fiel des chagrins soit moins amer

E qu’auriam per cantar ? La pichona mestressa,

et qu’aurions-nous pour chanter ? La petite maîtresse,

La lenga dels monsurs ? Mès a tròp de fadessa,

la langue des messieurs ? Mais elle est trop fade

Aquela missarda en rabat

cette pauvresse en rabat

Que capèla sa pauretat

qui couvre sa pauvreté

Damb los bobòs de la richessa

avec les colifichets de la richesse

Sariá lèda, minabla, en forrèu d’estopàs

elle serait laide, minable, en fourreau de bure

Caçariá los plasers del prat, de la garena

elle chasserait les plaisirs du pré, de la garenne.

N’auriá cap de refrin pel pauret dins la pena

elle n’aurait aucun refrain pour le pauvre dans la peine

Ni mai pel trabalhaire las

ni pour le travailleur fatigué

Ela qu’es tan vesiada en fant la domaisèla,

Elle qui est si enjouée en faisant la demoiselle

Non sariá dins los camps qu’una granda girèla ;

ne serait dans les champs qu’une grande girelle ;

E quand caldriá laurar, samenar quaucomet,

Et quand il faudrait labourer, semer quelque chose

La palòta, trista, morruda,

la sotte, triste, renfrognée

Devath lo tocador restariá totjorn muda

sous l’aiguillon resterait toujours muette

E quitariá los buèrs estiflar lor coblet

et laisserait les bouviers siffler leur couplet

Sens dire solament «A Caubet ! … A Vermet.. »

sans même dire « A Caubet ! … A Vermet.. »

Cependent e l’aunor del país zo comanda,

cependant et l’honneur du pays l’exige,

Estudiarem la francimanda...

nous étudierons la langue français...

Es la nòstra tanben ; sèm francés ; nos la cal.

C’est aussi la nôtre ; nous sommes français ; il nous la faut

Ensenhatz lo puple a bel talh !

Enseignez au peuple sans choisir !

Empluiatz per açò cinc, sièis ans de sa vita

Employez pour cela cinq, six ans de sa vie

Aurà duas lengas, el ; las prendrà per moments :

Il aura deux langues, lui ; il les prendra selon le moment :

L’una pel sens faiçons, l’autra per la visita

une pour le sans façons, l’autre pour la visite

Coma los monsurs fan de dus abilhaments

Comme les monsieurs font de deux habits

Mès vaquí tot ; e filhs e nebots e nebodas,

Mais voilà tout ; et fils et neveux et nièces

Ne’n faràn pas mai, zo sabèm ;

n'en feront pas plus, nous le savons

O n’auriam qu’un tropèl de todas,

ou nous n’aurions qu’un troupeau de buses

Au lòc d’aquel tropèl de rossinhòls qu’avèm.

Au lieu de ce troupeau de rossignols que nous avons.

Qu’en sus, tant que voldràn, de pastors vos escaunhen ;

Qu’en plus, tant qu’ils voudront, des bergers vous contrefassent

Que parlen a tengut francés ;

qu’ils parlent sans cesse français ;

Que l’esquiçen, que l’escaraunhen,

qu’ils l’abîment, qu’ils l’écorchen,

E que se fasquen mocar d’els ;

et qu’ils se fassent moquer d’eux ;

Los nòstres restaràn poètas, a tota ora.

Les nôtres resteront poètes, à toute heure

Tenètz ! Mudan la nòvia ; entendètz-los, la-bas :

Tenez ! On habille la mariée ; entendez-les là-bas :

Nòvia, ta mair te plora,

Mariée, ta mère te pleure,

E tu t’en vas !

Et toi tu t’en vas !

Plora, plora pastora ! 

Pleure, pleure bergère !

Non pòdi pas !

Je ne peux pas !

Tenètz ! lo bordilhèr fenejant dins la prada

Tenez ! Le paysan qui fâne dans le pré

Que crida als juines pastorèls :

qui crie aux jeunes bergers :

Pichons ! Embarratz los anhèls !

Les enfants ! Enfermez les agneaux !

L’arc-en-cièl de la matinada

l’arc en ciel de la matinée

Tira lo buèr de la laurada !

tire le bouvier du labour !

Tenètz ! Lo barricaire, al mièg d’un brèç fuelhut

Tenez ! le tonnelier, au milieu d’un berceau feuillu

Que canta al brut

qui chante au bruit

De son malhut :

de son marteau

Anem ! Campanhards, campanhardas

Allons ! Campagnards et campagnardes

Tustem assemals e pipardas !

Frappons comportes et fûts !

Tustem car lo borron de mai

Frappons car le bourgeon de mai

Plena lo cavòt e lo chai.

Remplit le caveau et le chai.

O ! dins nòstre país, aquò’s una magia

Oh ! Dans notre pays, c’est une magie

E lo puple qu’aima a cantar

et le peuple qui aime chanter

Vos entròca sens i pensar,

vous tresse sans y penser,

De gròs punhats de poësia

de grosses poignées de poésie

Tanben garda sa lenga ; es fèita a sa faiçon.

aussi garde t-il sa langue ; elle est faite à sa façon.

Ara, vosauts, Monsurs, sautatz la barradissa ;

Maintenant, vous, Messieurs, sautez la barrière ;

Venètz ! plantatz un mur d’una tripla espessor

Venez ! plantez un mur d’une triple épaisseur

Entre los pòts de la noiriça

entre les lèvres de la nourrice

E l’aurelha del noiriçon ;

et l’oreille du nourrisson ;

Fasètz petar suls dits las frulhas a l’escòla

faites claquer sur les doigts les férules à l’école

Tipejatz ! castigatz ! pleidatz per vòstra idòla !

grondez ! châtiez ! plaidez pour votre idôle !

Lo puple, fidèl a sa mair,

Le peuple, fidèle à sa mère,

Sarà Gascon totjorn, e Francimand jamai !

Sera Gascon toujours, et Français jamais !

D’alhurs, Monsur, qui sap ? Prenètz un pauc mai d’atge

D’ailleurs, Monsieur, qui sait ? Prenez un peu plus d’âge

Nos dison qu’en vielhint, l’òme tòrna mainatge

On nous dit qu’en vieillissant l’homme redevient enfant

E que tornam aimar çò qu’avèm oblidat.

Et que nous aimons de nouveau ce que nous avons oublié.

S’aquò’s vrai, tornaretz a nòstre vièlh lengatge

Si cela est vrai, vous reviendrez à notre vieux langage

Vendretz nos remerciar de vos l’aver gardat

Vous viendrez nous remercier de vous l’avoir gardé

Alòrs benlèu per el n’auretz plus l’ama freda.

Alors pour lui, peut-être n’aurez-vous plus l’âme froide.

Rapelatz-vos monsurs Cessac e Lacepeda :

Rappelez-vous messieurs Cessac et Lacépède :

Els, quand fusquèron vièlhs, al ser de la grandor,

Eux, quand ils furent vieux, au soir de la grandeur,

Non podián èstre urós qu’en se parlant gascon.

Ne pouvaient être heureux qu’en se parlant gascon.

Atal faretz benlèu ; benlèu mèma dins gaire,

Ainsi ferez-vous peut-être ; peut-être même dans peu de temps,

Quand saretz arrabat d’aquel monde trompaire

quand vous serez rassasié de ce monde trompeur

Un bèl jorn, vos veirem venir

un beau jour, nous vous verrons venir

Dins nòstres prats florits escotar la mesenga

dans nos prés fleuris écouter la mésange

E demandar per graça a nòstra vièlha lenga

et demander par grâce à notre vieille langue

Un coblet… un refrin…un mot…un sovenir !

Un couplet…un refrain…un mot…un souvenir !

Monsur, sul bèl mitan de nòstra permenada,

Monsieur, au beau milieu de notre promenade,

Tots aquels ormes vièlhs qu’Agen a vist formar

Tous ces vieux ormes qu’Agen a vu se former

Semblan, en nos treçant una vòlta enartada,

ressemblent en nous tressant une voûte élevée,

De geants arrengats que se tòcan la man.

A des rangées de géants qui se serrent la main.

E ben ! l’un d’els un jorn d’auratge

Eh bien ! L’un d’eux un jour d’orage

Trambolèt, se fiblèt, acatèt son fuelhatge

Trembla, plia, cacha son feuillage

Lo còp d’uèlh n’en fusquèt gastat.

La vue en fut gâchée.

E tanlèu nòstres gobernaires

Et aussitôt nos gouvernants

De largar becats e fotjaires

de lâcher houes et ouvriers

Per lo deregar sens pietat.

Pour le déraciner sans pitié.

Mès los fotjaires s’alassèron ;

Mais les ouvriers se lassèrent ;

Los becats se desmaneguèron

Les houes se démanchèrent

E l’autre demorant debot,

Et l’autre demeurant debout,

Bravèt òmes, utís, gobernaires e tot !

Brava hommes, outils, gouvernants et tout !

O ce que l’orme aviá malgrè sas brencas vièlhas,

Oh c’est que l’orme avait malgré ses vieiles branches

Tant de racinas que de fuèlhas

Autant de racines que de feuilles

E profondas a far tremblar

Et profondes à faire trembler

Dumpuèi, mai que jamai, sa cabelha verdeja ;

Depuis, plus que jamais, sa cîme verdit ;

Sos aucèl i tòrnan piular ;

Ses oiseaux y reviennent piailler ;

E devath son bèl flòc qu’ombreja,

et sous sa belle houppe qui fait de l’ombre,

Tots, de pairs en filhs, cada estiu

Tous, de père en fils, tous les étés

I faràn longtemps rit-quiu-quiu !

S’y égaieront longtemps.

Atal sarà, Monsur, d’aquela ensorcilhaira,

Ainsi en sera-t-il, Monsieur, de cette enchanteresse,

D’aquela lenga musicaira

de cette langue harmonieuse

Nòstra segonda mair.

notre seconde mère.

De sabents francimands

des savants français

La condamnan a mòrt desempuèi tres cents ans

la condamnent à mort depuis trois cents ans

Tanplan viu ça que là ; tanplan sos mots bronzinan

elle vit cependant, cependant ses mots résonnent

Chèz ela las sasons passan, sònan, tindinan ;

chez elle, les saisons passent, sonnent, tintent ;

E cent mila milèrs enquèra passaràn

et cent mille milliers encore passeront

Sonaràn e tindinaràn.

sonneront et tinteront.

Jansemin 2 de setembre de 1837

Jasmin, 2 septembre 1837

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article