Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
occitan-touareg

Qu'est-ce qu'une nation ? par Jacques Ressaire

18 Octobre 2012 , Rédigé par Pellet Jean-Marc Publié dans #peuples(bretons-catalans-basques-etc)

Cette question est encore et toujours plus d'actualité :

QU'EST-CE QU'UNE NATION ?

Pour nous le concept de nation est un concept moderne, clair et bien défini. Toute nation est déterminée dans son existence et dans ses limites par une langue indigène qu'elle soit actuellement parlée ou récemment parlée.

Cette définition nous permet sans hésitation d'affirmer qu'il y a une nation espagnole, une nation italienne ou une nation française.

Malheureusement cette définition ne fait pas l'unanimité même s'il elle est de plus en plus reconnue.

Ouvrons un dictionnaire, le Petit Robert par exemple. Nous y trouvons quatre définitions légèrement différentes :

1° Un sens ancien : « groupe humain auquel on suppose une origine commune »

2° Un sens qui fait appel à la conscience de peuple : « groupe humain qui se caractérise par la conscience de son unité et la volonté de vivre en commun »

3° un sens « étatique » : « groupe humain constituant une communauté politique établie sur un territoire défini et personnalisé par une autorité souveraine »

4° un sens juridique : « personne juridique constituée par l'ensemble des individus composant l'Etat ».

Aucune de ces définitions ne fait appel aux réalités linguistiques ce qui en fait un ensemble de définitions insuffisantes et inexactes.

Une des définitions qui nous est apparue la plus pertinente est celle de Staline dans une brochure célèbre « Le marxisme et la question nationale ».

Les échecs retentissants du marxisme et en particulier du stalinisme font que plus personne n'ose se référer à cette définition.

Ce texte avance quatre critères pour qu'il y ait nation : une histoire commune, une économie commune, une langue commune et un tempérament commun.

Toujours selon Staline, si un de ces critères manque, il n'y a pas nation. Ces critères ne se rencontrent en fait que dans les grandes nations constituées en État. Ce qui explique que cette définition n'a jamais été appliquée aux peuples minorisés de l'empire soviétique.

On peut affirmé sans trop se tromper que la non application de ce texte est pour beaucoup dans la fin de l'empire soviétique. De plus cette définition n'explique pas l'éclatement de ce grand empire en plusieurs nations.

Si nous nous référons à ce texte, c'est parce qu'il inclue « la langue » comme critère déterminant dans la définition de toute nation.

Les autres critères sont trop imprécis pour être cruciaux, mais il ne sont pas à éliminer : toute nation a une histoire, une économie et peut-être un tempérament spécifique.

Nous en concluons que seule la définition linguistique reste valable.

S'il n'y a pas langue, il n'y a pas nation.

Le langage est ce qui différencie l'humanité des autres espèces vivantes. Il est normal que la langue soit au centre de toute réalité nationale.

Cette définition présente plusieurs avantages. Elle explique l'histoire récente de l'humanité en particulier l'apparition d'un grand nombre d'Etats nouveaux reconnus par l'ONU. Elle explique le phénomène de décolonisation. Elle explique l'émancipation des nations sans États. Elle justifie l'importance de la diversité des faits nationaux face à ceux qui les nient, qu'ils soient impérialistes ou cosmopolites.

Cette définition de la nation est issue du grand principe des peuples à disposer d'eux-mêmes. Mieux elle en découle.

Elle implique une vision du monde fondée sur la culture ou non plus les seuls rapports de force.

Elle annonce un monde où règne les principes de liberté, d'égalité et de fraternité.

Elle en appelle au respect de tous les peuples, à leur reconnaissance et, c'est notre voeu le plus cher, elle annonce la paix entre les nations.

Elle a pour elle le mérite de rendre compte de la complexité de l'humanité.

Elle rend compte de l'existence d'une nation occitane. C'est pourquoi nous devons travailler à ce qu'elle entre dans les dictionnaires

Jacques Ressaire, 02/12/2008

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article