Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
occitan-touareg

Rencontre sur la Question Touarègue à Lecco (Italie)

20 Octobre 2009 , Rédigé par Papadoc Publié dans #peuples(bretons-catalans-basques-etc)

Rencontre sur la Question Touarègue Lecco (Italie), le 17 et 18 octobre 2009.
Conférenciers : Julia WINCKLER, Université de Brighton (Angleterre) Thomas FORTUNE, Pdt. Internationale Touarègue (France) Seydou-kaocen MAÏGA, Ingénieur Sécurité & Stratégies (France) Chekhna HAMATE, Vice-président CMA (Congrès Mondial Amazigh), Italie Aghaly ag Aboubacar, Société civile Touarègue (Italie)
Du 17 au 18 Octobre 2009, s’est déroulé à Lecco (Italie) un Symposium sur la Question Touarègue qui s’est tenu dans le cadre du festival des cultures de Lecco (Italie), « immagimondo ».
À cette occasion, l’association « Les Cultures », la société civile locale, l’Internationale touarègue, et « il Mondo Tuareg », ont planché sur la situation en Pays Touareg, et plus précisément la situation sécuritaire due au conflit Touareg au nord Niger.
Tous les aspects ont été abordés, et les auditeurs Européens, et Africains ont été particulièrement intéressés.
De la Politique
La situation de non-droit actuel a été évoquée, car la coexistence de deux républiques (Vème pour les opposants et VIème pour le pouvoir) est un phénomène singulier qui devait être relevé, et qui a été dénoncée unanimement par tous les acteurs internationaux (Nations unies, USA et France entre autres), instances sous-régionales notamment africaines (CEDEAO), mais aussi localement, par les sociétés civiles nigériennes et certains personnages politiques.
De l’Economie et du Social
Les importantes ressources minières que recèle le sous-sol nigérien du sud (l’Or de Tillabéry), au nord (Uranium, pétrole…) sont exploitées sans transparence sur les attributions de permis de concessions, ni sur les compensations financières et conjecturent par conséquent de la corruption, des passe- droits et des détournements de deniers et biens publics.
Le développement humain des populations stagnent, voire se dégradent, et c’est une des raisons qui participent du classement du Niger comme étant le dernier pays au monde où il fait bon vivre, c'est-à-dire dernier à l’IDH (Indice de développement Humain), cela pour la troisième fois consécutive.
Les multinationales dont la principale, Areva, la Française, ne contribuent pas non-plus, en raison de l’opacité de ces procédures et fonctionnements, à l’amélioration de la situation des populations autochtones.
La pollution de l’environnement par l’exploitation uranifère, et les multiples problèmes de Santé ont été aussi évoqués. Il est appuyé que les entreprises minières se doivent, au même titre que les Etats, d’appliquer la déclaration des droits des peuples autochtones de septembre 2007 ratifiée par les Nations unies et de rechercher les moyens de l’intégrer dans leurs projets lorsque ceux-ci sont implantés en territoires autochtones.
Le climat social est envenimé par la situation politique qui oppose les Nigériens depuis plusieurs mois maintenant.
À cela viennent s’ajouter les inondations récentes dans le nord du Niger, et les menaces de famines pour plus de 2,3 millions de Nigériens comme ont alerté plusieurs Ong.
Il y a aussi le cas de plusieurs dizaines de civils emprisonnés arbitrairement pour des raisons ethniques, politiques et idéologiques (prisonniers d’opinion).
De la Sécurité
Les conférenciers se sont félicités de la reprise prochaine des vols charters par Point-Afrique, mais ont mis en garde contre les dangers liées aux mines disséminées ; en effet, aucun protocole de désarmement global n’a été conclu, ni de sécurisation des sites minés. Donc le danger et le risque sont latents.
Le souhait est la reprise du Tourisme, manne saisonnière essentielle pour de milliers de locaux. Il est précisé que le tourisme est possible dans la ville historique d’Agadez et ses alentours, mais qu’au-delà, les conférenciers précisent qu’ils ne détiennent pas les détails des conditions sécuritaires rendant possibles la reprise des activités de tourisme.
D’autre part, les conférenciers ont rappelé que sur les trois (03) fronts actifs dans l’Aïr Nigérien, seuls deux (02) d’entre eux ont formellement déposé les armes, et donc la paix n’est que partielle et informelle ; aucun accord de Paix n’a été signé, par conséquent aucun document officiel contraignant les parties ou d’engagement ne lie le gouvernement du Niger aux mouvements armés qui ont abandonné le maquis.
De l’environnement
Il est rappelé l’existence récente de la déclaration des peuples autochtones des Nations unies et sa ratification par des pays qui, pourtant, ne reconnaissent pas localement le caractère autochtone de certaines de leurs populations.
Cette déclaration expose les équilibres à rechercher préalablement à tout projet sur territoire autochtone, notamment la concertation préalable et la compensation; elle est appelée à trouver le cadre de son intégration dans les textes constitutionnels tels que l’ont déjà faits certains pays de l’Amérique Latine. Le principe de pollueur – payeur étant applicable au Niger, il est nécessaire qu’une étude d’impact ait été menée par un organisme indépendant, qu’un « point zéro » des sites ait été réalisé de manière à pouvoir solliciter des sociétés la dépollution des sites exploités, la remise en état des sols et en qualité de l’eau, le traitement des déchets; le cas échéant, exiger des compensations et des restaurations.
De même, les travailleurs des mines devront être suivis individuellement sur le long terme par des cabinets médicaux indépendants.
Enfin, il est fortement préconisé qu’une réelle représentation nomade existe au sein de divers instances, notamment internationales afin que ces dernières soient en mesure de mieux appréhender, édifier et réaliser des projets de développement spécifiquement pastoraux en vue de la sauvegarde et de la conservation des cultures et des modes de vie qui y sont liés.
Il est rappelé que les modes de vie de peuples pastoraux dans les zones arides ont toujours été respectueuses de l’environnement et que l’élevage n’y serait pas possible sans l’accompagnement et la présence de l’homme, sa compétence, et sa volonté de vouloir continuer à y vivre, et gérer un habitat sensible et rude à la fois.
Des recommandations
Des recommandations ont conclu ces travaux.
Les principales étant :
-l’appel à l’organisation d’une Conférence Internationale sur la Question Touarègue,
-le retour à l’ordre Constitutionnel,
-le Respect des Droits de l’Homme,
-le retour des populations déplacées pour raison de conflit.
La délégation continuera sa tournée d’information à Genève, et Bruxelles ce début de semaine.

lecco
lecco

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article