Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
occitan-touareg

Santo-Estello 2011 dins la vilo di Sànti-Marìo de la mar

20 Juin 2011 , Rédigé par Papadoc Publié dans #occitanie

 

Santo-Estello 2011

 felibrigeLe texte français est à la suite de celui-ci

La Santo-Estello èi lou coungrès annau dóu Felibrige. Se debano cade an dins uno vilo diferènto di Païs d’o.

Aquest an la Santo-Estello s’èi tengudo dins la vilo di Sànti-Marìo de la mar dóu 10 au 14 de jun de 2011.

Li Felibre soun esta aculi pèr lou Coumitat de Santo-Estello que, emé li felibre dóu païs, l’Oufice dóu tourisme de la vilo, an ourganisa l’ensèn dóu Coungrès e l’an mena emé forço coumpetènci e eficàci, aculi peréu pèr lou municipe di Santo en la persouno de soun conse Segne Rouland Chassain.

   Lou Coungrès es esta entamena tre l’après-dina dóu divèndre 10 de junquouro devers 6 ouro lou Capoulié dóu Felibrige, En Jaque Mouttet, a manda lou le ouficiau, en presènci dóu conse e dóu Capitàni de la Nacioun, Segne Gui Chaptal. Ero l’inaguracioun de l’espousicioun « Païs gardian, lengo vivènto », realisado de man de mèstre pèr l’assouciacioun la Nacioun gardiano. Uno espousicioun di mai impourtanto que, i’èron moustra tóuti lis aspèt de la Nacioun : istòri, ativeta festivo, trabai di gardian (emé sis óutis), role dins la literaturo prouvençalo, em’ en particulié Folco de Baroncelli e Jóusè d’Arbaud …

Devers 7 ouro, lou Burèu generau dóu Felibrige s’acampavo pèr trabaia, faire lou bilans de l’an escoula, envisaja lis ativeta avenidouiro.

Devers 9 ouro de vèspre, dins la grand salo dóu Palais di coungrès, davans quàuqui 300 persouno, se tenié uno taulo redouno sus lou tèmo « Camargo terro d’aigo » menado pèr M. Frederi Soulié. An pres la paraulo à-de-rèng : Segne Eri Coulet, direitour de la reservo naciounalo de Camargo ; Frederi Fabi, direitour de l’Oufice dóu Tourisme di Santo : Andrié Four pescadou di Santo ; Savié Guillot risicultour ; Marcèu Reynaud, manadié di Santo ; Girard Boudet counseié dóu Presidènt di salinié.

Dins un debat remirable, cadun adusié soun poun de visto (soun grum de sau !) sus li proublèmo rescountra dins lou gouvèr de l’aigo en Camargo fin de mena soun ativeta ; intervencioun tout ensèn forço « seriouso » e à la pourtado dóu grand publi. Se cadun baiè un avejaire diferènt pèr ce qu’èi de si besoun, de si proublèmo, de si satisfacioun tambèn, tóuti s’acourdèron pèr dire la fragileta dis equilibre naturau, li dificulta dóu gouvèr de l’aigo, li menaço degudo is encauso climatico emai umano ; en Camargo, tant se pòu mai qu’aiours, l’ecoulougìo se dèu d’èstre presso en comte, l’envirouno mai-que-mai fragilo e coumplicado dèu èstre bèn coumpresso, presso en comte e proutegido. Après li dicho de cadun, lou publi a pausa mant uno questioun e lis intervenènt an respoundu emé gentun e forço coumpetènci i soucit de cadun.

   L’endeman, dissate 11 de jun, tre 9 ouro, lou Counsistòri s’acampè pèr uno longo sesiho de trabai, li Majourau avien pres plaço dins la salo dóu Counsèu municipau quasimen trop pichoto talamen èron vengu noumbrous !. A-de-rèng siguèron passado en revisto lis ativeta coumplido despièi la darriero Santo-Estello, d’ourientacioun pèr l’annado à veni, de moudificacioun d’estruturo de l’assouciacioun e fuguèron pièi elegi tres nouvèu Majourau.

Dins ‘quéu tèms li Felibre avien la poussibleta de prene couneissènço dóu païs un pau miti de Camargo, siegue en vesitant la vilo e sa glèiso tout ensèn liò de roumavage e endré clafi de souveni mistralen ; siegue en anant au pargue ournitoulougi dóu Pount dóu Gau ounte descurbien li riquesso de la naturo camarguenco.

Èro aperaqui 11 ouro e miejo quand li Felibre se gandiguèron is areno pèr la dicho óuficialo de bèn-vengudo dóu Conse, Segne Rouland Chassain ; après li responso dóu Majourau Benedetto, Sendi de la Mantenènço de Prouvènço, dóu Capoulié Jaque Mouttet, escàmbi de medaio de la vilo e dóu Felibrige, lou municipe semoundié lou vin d’ounour. Aquéu d’aqui fuguè tant lèu segui d’uno abrivado, èro pas pèr rèn qu’erian en païs de bouvino … !

L’après-dina, tre 2 ouro e miejo, la jurado di Grand Jo Flourau Setenàri s’acampavo pèr establi lou classamen di participant à-n-aquéu councous de creacioun culturalo, lou mai impourtant di païs d’o.

Pièi, sus li cop de 3 ouro e miejo, dins lou Palais di cougrès, ounte s’èron groupa mai de 300 persouno, se debanavo la Sesiho academico. A-de-rèng prenien la paraulo de Sòci dóu Felibrige : Segne Dàvi Streight vengu de l’Ouregoun (au couchant e d’en aut dis Estat-uni) que, dins un prouvençau de trìo, evouquè lou pouèto Teoudor Aubanel qu’a revira en anglés, sa reviraduro en anglés peréu d’un oubrage sus lou patrimòni architeiturau d’Arle emai lou pouèto Francés Pouzol despareigu trop d’ouro à la fin de la guerro de 14. Siguè pièi lou tour de Dono Rodica Sufletel vengudo de Timisoara en Roumanìo, aculido en roumanesc pèr lou Majourau Jan-Lu Domenge … ! I’evouquè li relacioun de la Prouvènço emé la Roumanìo despièi la founso amista que ligavo Frederi Mistral au grand pouèto roumanesc Vasile Alecsandri.

Fuguèron pièi prounouncia li laus de dous Majourau que se soun enana recentamen : Laus dóu Majourau Pèire Causse prounouncia pèr lou Majourau nouvelàri Miquèu Desplanches ; laus dóu Majourau Jòrgi Girard pèr lou Majourau nouvelàri Pau Valière.

Devers 5 ouro, dins la salo Crin-blanc, se debanavo uno sesiho publico dóu Counsèu de l’Escri Mistralen : salo trop justo qu’avié de mau à reçaupre ùni 150 persouno. Aqui, un group de Felibre especialisa dins diferènt doumaine, souto la beilié dóu Majourau Bernat Giely e de la Mestresso d’obro Tricìo Dupuy, esplicavon coume oubravon à la messo à jour dóu Tresor dóu Felibrige de Frederi Mistral, i’apoundènt tóuti li neoulougismo di nouvélli teinico apareigudo despièi la fin dóu siècle dès-e-nouven, emai li mot emplega pèr nosto soucieta dins si raport e sis ativeta. Uno obro remirablo, entre-presso fai cinq an d’acò e, qu’adeja, a coumpli de tres part uno de l’obro necito.

Dins lou meme tèms li group d’Art e Tradicioun Poupulàri (fóuclouri) vengu di diferènti Mantenènço prepausavon d’animacioun en vilo emai de jo d’à-chivau se debanavon dins lis areno.

Es à 6 ouro que li Felibre se recampavon dins lou jardin Luceto Pennes pèr l’inaguracioun d’uno lauso counmemourativo d’aquesto santo-Estello emai à la memòri dóu Majourau Pèire Causse recentamen despareigu.

De vèspre, dins la grand salo dóu Palais di coungrès, ounte s’esquichavon mai de 400 persouno, se debanavo ce qu’èro tout au cop un espetacle magnifi, degu au realisatour Jan-Pèire Belmon, e la prouclamacioun di resultat di Grand Jo Flourau Setenàri dóu Felibrige. Uno tiero de proujeicioun de fotò emai de filme doucumentàri, moustravon li diferènt laureat di Jo Flourau setenàri despièi Josep Marti i Folguera en 1878 fin qu’à Sèrgi Bec en 2004, diferènti visto de la Camargo emé de doucumen de trìo sus d’ùnis aspèt, ativeta e persounage dóu païs camarguen. Èro entre-coupa, tout acò, dis animacioun musicalo di « Gabian de Durènço » mena pèr lou Majourau Miquèu Benedetto emai de La cantairis Liza, qu’emé soun guitaristo nous baièron quàuqui poulídi cansoun de creacioun. Jan-Marc Courbet, Baile dóu Felibrige e rapourtaire de la jurado, legiguè lou raport fin d’esplica ce qu’èro esta aqueste grand councous de creacioun culturalo e, sènso pèr autant li nouma, esplica li classamen di persouno guierdounado à-n-aquéli Grand Jo Flourau.

De seguido lou Capoulié dóu Felibrige, En Jaque Mouttet designavo un quingenau de persouno guierdounado dins li diferènti seicioun dóu councous. Finalamen lou Capoulié prouclamavo lou Grand laureat d’aquéli Grand Jo Flourau, Mèste Jan-Lu Gag, un niçard que doumaci soun obro tiatralo en lengo d’o meritavo aquesto n’auto destincioun. Après sa dicho de gramaci, Mèste Gag designavo la Rèino dóu Felibrige pèr li sèt an à veni, en la persouno de Damisello Angelica Marçais, niçardo elo peréu, jouino e poulido chato, escarrabihado, qu’en demai de soun mestié d’ensignarello s’afeciouno tant pèr lou tiatre en niçard que pèr lou vèsti tradiciounau que porto fieramen, e lis ativeta que ié soun estacado, à soun tour gramaciè en niçard, moustrant ansin que mestrejo emé gàubi lou parla de soun païs.

La rèiro-rèino dóu Felibrige, Dono Verounico Fabre-Valanchon ié passè pièi la beloio figurant un rampau d’óulivié d’argènt, ensigne de sa founcioun.

   Lou dimenche 1é de jun, devers 9 ouro, uno foulo de felibre, acoumpagna di cavalié de la Nacioun gardiano se groupavon un pau au couchant di Santo, sus lou cros dóu Marqués Folco de Baroncelli. I’aguè pauso de garbo e en seguido la Majouralo Occelli legiguè uno letro de la Nacioun Sioux Lakota, lou pople de Sitting-bull e Crazy horse, message manda pèr Messiés Wamblee La Tanka e Lance White Magpie (pichot-nebout de Jacob White Eyes, qu’èro ami cinq sòu de Baroncelli) ; Dono Esmeralda Romanès representanto de la Nacioun bóumiano, larguè pièi uno dicho que faguè l’amiracioun de tóuti, au noum de soun pople qu’avié tant prefoundamen fraternisa emé lou Marqués.

Prenguèron pièi la paraulo Segne Rouland Chassain conse di Santo, lou Capitàni de la Nacioun gardiano, Gui Chaptal, e lou Capoulié Jaque Mouttet. Après aquélis istant d’esmougudo e de reculimen, dóu tèms que d’ùni felibre assistavon à-n-uno ferrado sus la manado Aubanel, se debanavo dins la glèiso clafido de mounde uno messo co-celebrado pèr li Majourau abat Miquèu Desplanches e Jòrgi Passerat emai Moussu lou curat di Santo, messo animado pèr lou group « lis escoutaire de la cabreto ».

En sourtido de messo, li group fóuclouri di diferènt païs d’O pourgissien un magnifi passo-carriero is estajan emai à la foulo di touristo que fasien bàrri de cade coustat di carriero e avengudo. Anèron fin qu’à la plaço Mirèio ounte s’aubouro l’estatuo en souveni de l’erouïno de Mistral. Aqui Angelica Marçais, nouvello rèino dóu Felibrige, pausavo uno garbo au pèd de l’estatuo e lou Conse, pièi lou Capoulié, fasien de dicho courteto pèr benastruga li group que mantenon emé forço li tradicioun dóu coustume, di danso, adounc de la diversita de nosto culturo fàci à-n-uno unifourmisacioun e uno gloubalisacioun d’amo sènso dins nosto soucieta que se dis mouderno.

Aquesto matinado se clavè pèr uno abrivado emé li biòu emai pèr uno roussataio sus li balouard de la vilo au grand plesi de la foulo di badaire. Fin finalo lou mounde anè tasta lou vin d’ounour pourgi pèr lou municipe davans la Coumuno.

Sus li cop de 4 ouro li group fóuclouri tournavon anima li carriero e plaço de la vilo. Dins lou meme tèms se debanavo is areno uno grand courso de biòu coumtant pèr lou Troufèu dis As. Li biòu tant coume lis rasetaire encantèron li felibre, Capoulié coumpres, e d’àutris espetatour qu’avien clafi lis areno. En Jaque Mouttet n’aproufichè pèr semoundre de primo i rasetaire, pèr sis acioun, au noum dóu Felibrige. Aquesto courso s’acabavo pèr uno bandido que, vai soulet, prouvouquè li picamen de man de countunio di gènt atroupela de long dis avengudo.

Tre 9 ouro de vèspre la grand salo di coungrès èro couflo dóu publi felibren, de mounde avien degu s’asseta sus lis escalié emai pèr d’ùni resta de dre ! Aqui se debanavo la tradiciounalo court d’amour, èro presidado pèr la Rèino Angelica e Laurens Ayme, decan di felibre santen. A-de-rèng se prouduguèron dansaire e cantaire di group fóuclouri di diferènt païs d’o : gascoun, auvergnas, limousin, lengadoucian e prouvençau ; aquésti group estènt tóuti dóu Felibrige. Espetacle clafi de coulour ounte se manifestavo la diversita culturalo d’O e l’unita d’un pople que s’afeciouno pèr li riquesso d’uno memo culturo e d’uno memo lengo.

   Lou dilun 13 de mai, tout de long de la matinado, se debanavo lou Counsèu generau dóu Felibrige (que n’en fan partido li felibre delega di diferènti Mantenènço) presida pèr lou Capoulié En Jaque Mouttet. Raport mourau, raport d’ativeta, raport financié e proujèt d’aveni s’encourdelèron enjusqu’uno ouro e miejo.

Dóu tèms d’aquesto sesiho, li Felibre charrèron sus mant un proujèt, entre autre :

- li diferènti proupousicioun de lèi à l’estùdi toucant li lengo regiounalo, demié li qunto aquelo dóu senatour Roubert Navarro que sara discutido au Senat lou 30 de jun que vèn, proupousicioun de lèi pèr la qunto lou Felibrige a adreissa au senatour Roubert Navarro si remarco, óusservacioun e revendicacioun.

- Perseguido de l’engajamen dóu Felibrige dins li diferènt mouvamen que revendicon de dre e de mejan en favour di lengo regiounalo de Franço (la lengo d’o en particulié).

- Obro de renouvacioun dóu Museon arlaten presentado pèr Dono Serena-Allier, counservatriço dóu Museon.

- Relacioun emé l’APORLOC qu’a dins l’idèio de trabaia à l’introuducioun di neoulougismo dins li diferènt diciounàri de lengo d’o, obro mai qu’entamenado pèr lou Felibrige emé lou Counsèu de l’Escri Mistralen !

- Nouvèu descoupage di territòri di Mantenènço dóu Felibrige fin de mies pega i regioun amenistrativo franceso, fin de mai d’eficàci en direicioun di poudé publi pèr lou sauvamen, la proumoucioun e la trasmessioun de noste patrimòni d’O, nosto culturo, nosto lengo.

- Presentacioun d’uno metodo d’iniciacioun à la lengo d’O sus CD-Rom ; aquéu proumié CD-Rom es esta realisa pèr de felibre pèr lou prouvençau roudanen, sara dins gaire asata au prouvençau maritime pièi, d’à cha pau à d’àutri parla d’O.

- Participacioun au grand festenau de l’Estivado de Roudès

- Óutencioun de l’agrat de l’Educacioun naciounalo pèr d’intervencioun dóu Felibrige (de Felibre) dins lou mitan escoulàri.

- Acuiènço en Prouvènço d’un chinés reviraire de Mirèio de Frederi Mistral que se vòu doucumenta sus plaço fin de mies apoulidi sa reviraduro … !

- Journado de remembranço pèr Guilhen Fulconis, escrincelaire de la Coupo Santo, dins lou vilage de Sant-Estève de Tinèio, bres de sa famiho.

   Un cop acaba lou Counsèu generau dóu Felibrige, fuguèron 400 felibre que se retroubèron pèr la taulejado soulenno de la Coupo dins la grand salo dóu coumplèisse culturau Marius Aillet.

Es à-n-aquéu moumen que soun esta prouclama li noum di tres nouvèu Majourau elegi pèr lou Counsistòri : la felibresso-manteneiris Dono Jano Blacas, roumansièro d’espressioun prouvençalo de Brignolo ; la felibresso-manteneiris Dono Pauleto Baylac-Serret, de Campan, Sendi de la mantenènço de Gascougno-Biarn ; lou Felibre-mantenèire Enri Barthès, istourian e Conse de Sant-Geniés de Fontedit.

De mai de Mèstre en Gai-sabé soun esta nouma : l’escrivan d’espressioun d’O Segne Jan Rigouste de Brageirac ; lou cantaire e coumpausitour de cansoun Segne Jan-Bernat Plantevin, de Mazan ; lou pouèto d’espressioun d’O Segne Gui Mathieu de Paris.

I’aguè encaro mant uno nouminacioun de Mèstre d’obro e de letro de felicitacioun mandado à de persouno o d’ourganisme qu’obron en favour de nosto culturo e de nosto lengo, coumpres en Roumanìo ounte se ramento de longo la freirejacioun entre roumanesc e prouvençau.

Pièi, avans que de béure à la Coupo, lou Capoulié En Jaque Mouttet prounouciavo la tradiciounalo dicho de la Coupo, disènt entre autre en parlant de Baroncelli e d’Arbaud : « … Sa leiçoun d’umanisme, sa leiçoun tambèn de pouësìo, de bèuta, de fe, d’estacamen, d’amour, que leguèron, soun autant de jouièu d’un tresor precious. Un tresor que recato li valour d’umanisme que fai tant besoun au mounde de vuei e d’ounte sian vengu pesca li necìti noucioun de respèt, de toulerènci, d’amista entre lis ome, entre li pople tant claramen espremido pèr lou Marqués.

Car Felibre, sènso ges de doute, la pensado e lis ate dóu Marqués nous trason dins uno atualita mai que mai brulanto, éu que fuguè l’aparaire proumieren di caraco e di boumian, éu que fuguè l’aparaire de la Causo dis indian, éu que prenguè lou partit di republican espagnòu dóu tèms de la guerro civilo, éu que fuguè l’aparaire afouga di culturo e di pople cauciga. Lou mounde an de n’en tira quàuquis ensignamen. Avèn nautre, de medita soun acioun, d’estudia soun engajamen, de perpensa sa voulounta e soun afougamen. Sa vido nous apren la moudestìo, lou partage, l’umelita, la fraternita, à soun image faguen provo de simplesso e de devouamen sènso raro.

… Aquéli counsideracioun nous raduson i noucioun de toulerènci, de coumprenesoun, de respèt e de duberturo evoucado adès, de noucioun que dèvon èstre dins lou cor de tóuti lis ome. De noucioun qu’an d’esvarta tóuti li nèblo di desacord e tóuti li bàrri de la desunioun. Degun, l’afourtisse, a de se faire mena, ni se faire escoutela pèr aquéli que penson diferentamen. Se pòu pas aceta l’ahiranço que trèvo lou mounde, se pòu pas nimai coumprendre lou verin qu’empouisouno nòsti rèng, li rèng dis aparaire de la lengo e de la culturo nostro qùnti que siegon.

Nosto voucacioun es d’acampa tóuti lis ome de bono voulounta, de lis adraia de-vers l’esfors necite pèr rèndre nòsti terro mai flòri, lou païs mai bèu e sis ome mai fièr.

… Nosto voucacioun peréu es de permetre is enfant de la terro d’o de garda sa lengo, d’èstre au siéu e fieramen de se dire gènt d’Auvergno, de Gascougno o de Camargo dins lou partage de nosto culturo emé tóuti aquéli que se i’interèsson e que prenon counsciènci de sa valour. »

   De vèspre davans uno salo di Coungrès coumoulo de mounde, li Felibre se soun retrouba pèr un magnific espetacle de cant e de musico prepausa pèr lou group « Plantevins et tambourins » mena pèr lou nouvèu mèstre en gai-sabé Jan-Bernat Plantevin. Mai de dos ouro de tèms, lou group a encanta soun auditòri emé de cant tradiciounau, de cansoun nouvello (demié aquéli la que fuguè guierdounado i Grand Jo Flourau), de musico anciano e de coumpausicioun de noste tèms de soun drole Tibaud. Lou publi ié faguè uno ouvacioun e lou faguè tourna mai d’un cop, fin que diguèsse sebo … !

   Fin finalo lou dimars 14 de jun, ùni 150 cougressisto prenien lou càrri pèr uno bello escourregudo au travès de la Camargo : vesito dóu Museon camarguen dóu Pont de Rousty, vesito d’Aigo-morto, aculido dins uno manado ounte lou manadié espliquè d’un biais forço councrèt ce qu’èro l’obro journadiero dins li mas emé la faturo dóu ris, l’abalimen di biòu e di rosso. Acò fuguè acoumpagna de presentacioun pratico dóu rude trabai di gardo-bèstio. Èro l’oucasioun pèr lou Capoulié Jaque Mouttet de marca un vedèu emé la marco de la manado. Pièi, de coutrìo emé lou Capitàni de la Nacioun, Gui Chaptal, tóuti dous d’à chiva, d’espausa i felibre la Coupo santo à bout de bras, que piquèron di man estarmbourda

La vesito s’acabavo au magnifi castèu d’Avignoun, prouprieta dóu Counsèu generau di Bouco dóu Rose. Lou souto-presidènt dóu Counsèu generau, carga de la culturo e de la lengo regiounalo, Segne Andriéu Guinde, clavavo aquesto memourablo Santo-Estello emé un discours plen d’amista e d’encourajamen i Felibre, ce que menavo lou Capoulié à ié dire si bèu gramaci, emai à Segne Rouland Chassain, conse di Santo, e aquéli dóu Felibrige tout entié pèr aquéu mangifi coungrès ounte enca ‘n cop s’es afiermado la vitalita e la forço de nosto culturo e de nosto rebello lengo d’O.

Santo-Estello 2011

   La Santo-Estello est le Congrès annuel du Félibrige. Il se déroule chaque année dans une ville différente des Pays d’Oc.

Cette année la Santo-Estello s’est tenue dans la ville des Saintes-Maries de la mer (13) du 10 au 14 juin 2011.

   Les félibres ont été accueillis par le Comité de Santo-Estello qui, avec les félibres du pays, l'office de tourisme de la ville, ont organisé l’ensemble du Congrès et l’ont conduit avec beaucoup de compétence et d'efficacité, accueillis également par la municipalité des Saintes en la personne de son Maire, Monsieur Roland Chassain.

   Le Congrès a débuté dès l’après-midi du vendredi 10 juin lorsque vers 18h le Capoulié du Félibrige M. Jacques Mouttet a donné le coup d’envoi officiel, en présence du Maire et du Capitaine de la Nacioun, M. Guy Chaptal. C’était l’inauguration de l’exposition « Pays gardian, langue vivante » réalisée de main de maître par la Nacioun gardiano (Association « la Nation gardiane »). Une exposition très importante où étaient mis en évidence tous les aspects de la Nacioun : histoire, activités festives, travail des gardians (avec leurs outils), rôle dans la littérature provençale, avec en particulier Folco de Baroncelli et Joseph d’Arbaud …

Vers 19h, le Bureau général du Félibrige se réunissait pour travailler, faire le bilan de l’année écoulée, envisager les activités à venir.

Vers 21h dans la grande salle du Palais des congrès, devant quelques trois cents personnes, se tenait une table ronde sur le thème « Camargue : terre d’eau » conduite par M. Frédéric Soulié. Sont intervenus tour à tour : M. Eric Coulet, directeur de la réserve nationale de Camargue ; Frédéric Fabi, directeur de l’office de tourisme des Saintes ; André Four pêcheur professionnel des Saintes ; Xavier Guillot riziculteur ; Marcel Reynaud, manadier aux Saintes-Maries ; Gérard Boudet conseiller du Président des saliniers.

Dans un remarquable débat, chacun apportait son point de vue sur les problèmes rencontrés dans la gestion de l’eau en Camargue pour pouvoir exercer son activité ; des interventions à la fois très « sérieuses » et à la portée du grand public. Si chacun pouvait avoir un avis différent quant à ses besoins, à ses problèmes, à ses satisfactions aussi, tous se sont accordés à dire la fragilité des équilibres naturels, les difficultés de la gestion de l’eau, les menaces dues aux facteurs climatiques et humains ; en Camargue, peut-être plus qu’ailleurs, l’écologie doit être prise en compte, l’environnement très fragile et complexe doit être bien compris et protégé. Après les exposés de chacun, le public a posé de nombreuses questions et les intervenants ont répondu avec gentillesse et beaucoup de compétence aux préoccupations de chacun.

   Le lendemain, samedi 11 juin, dès 9 heures du matin, le Consistoire du Félibrige se réunit pour une longue séance de travail. Les Majoraux avaient pris place dans la salle du Conseil municipal, presque trop petite tellement ils étaient venus nombreux. Tour à tour furent passées en revue les activités accomplies depuis la dernière Santo-Estello, des orientations pour l’année à venir, des modifications de structure de l’association et puis furent élus trois nouveaux Majoraux.

Pendant ce temps les Félibres avaient la possibilité de prendre connaissance du pays un peu mythique qu’est la Camargue, soit en visitant la ville et son église à la fois but de pèlerinage et lieu plein de souvenirs mistraliens ; soit en se rendant au parc ornithologique du Pont de Gau où ils découvraient la richesse de la nature camarguaise.

Il était environ 11h 30 quand les félibres se sont rendus aux arènes pour le discours de bienvenue du Maire, M. Roland Chassain ; après les réponses du Majoral Benedetto, Sendi de la Maintenance de Provence, du Capoulié Jacques Mouttet, échange de médailles de la ville et du Félibrige, la municipalité offrait le vin d’honneur. Celui-ci fut aussitôt suivi par une abrivado, on n’était pas pour rien en plein pays de bouvine !

L’après-midi, dès 14h 30, le jury des Grands Jeux Floraux Septennaires se réunissait pour établir le classement des participants à ce concours de création culturelle, le plus important des pays d’oc.

Ensuite à 15h 30, dans le Palais des congrès, où se pressaient plus de 300 personnes, se déroulait la Séance académique. Prenaient la parole tour à tour des Sòci du Félibrige (membres associés) : M. David Streight venu de l’Oregon (côte ouest des USA) qui dans un provençal remarquable évoca le poète Théodore Aubanel qu’il a traduit en anglais, sa traduction également en anglais d’un ouvrage sur le patrimoine architectural d’Arles ainsi que le poète Francis Pouzol, trop tôt disparu. Puis ce fut le tour de Mme Rodica Sufletel venue de Timisoara en Roumanie, accueillie en roumain par le Majoral M. J-Luc Domenge … ! Elle évoca les relations de la Provence et de la Roumanie depuis l’amitié qui liait Frédéric Mistral au grand poète roumain Vasile Alecsandri.

Ensuite furent prononcés les éloges de deux majoraux récemment disparus : Eloge du Majoral Pierre Causse par le nouveau Majoral Michel Desplanches ; éloge du Majoral Georges Girard par le nouveau Majoral Paul Valière.

Vers 17h, dans la salle Crin blanc se déroulait une séance publique du Conseil de l’Ecrit mistralien ; salle un peu exigüe qui avait de la peine à contenir 150 personnes. Là, un groupe de félibres spécialisés dans différents domaines, sous la conduite du Majoral Bernard Giely, expliquaient comment ils travaillent à la mise à jour du dictionnaire de la langue d’oc « Lou Tresor dóu Felibrige » établi par Frédéric Mistral, y incorporant tous les néologismes des nouvelles techniques apparues depuis la fin du 19ème siècle, ainsi que des mots nouveaux employés par notre société dans ses rapports et ses activités. Un travail remarquable, entrepris il y a cinq ans et qui a déjà accompli plus du tiers du travail nécessaire.

Dans le même temps les groupes folkloriques (groupes qui maintiennent les arts et traditions populaires) venus des différentes maintenances proposaient des animations en ville et un spectacle de jeux équestres était donné dans les arènes.

C’est à 18h que les Félibres se regroupaient dans le jardin Lucette Pennes pour le dévoilement d’une plaque commémorative de cette Santo-Estello et à la mémoire du Majoral Pierre Causse récemment disparu.

Le soir, dans la grande salle du Palais des congrès, où se pressaient plus de 400 personnes, se déroulait ce qui était à la fois un spectacle remarquable, dû au réalisateur de télévision M. Jean-Pierre Belmon, et la proclamation des résultats des grands jeux floraux septennaires du Félibrige. Une série de projection de photos et de films documentaires montraient les différents lauréats des Jeux floraux septennaires depuis Josep Marti i Folguera en 1878 jusqu’à Serge Bec en 2004, différents aspects de la Camargue avec des documents magnifiques sur certains aspects, activités et personnages du pays camarguais. Ceci était entre-coupé des animations musicales des « Gabian de Durènço » conduit par le Majoral Michel Benedetto et aussi de la chanteuse Liza, qui accompagnée de son guitariste nous donnèrent quelques belles chansons de création. Jean-Marc Courbet, Baile du Félibrige (Secrétaire général) et rapporteur du jury, lut le rapport pour expliquer ce qu’avait été ce grand concours de création culutrelle et, sans pour autant  les nommer, expliquer les classements des personnes récompensées à ces Grands Jeux Floraux.

Ensuite le Capoulier du Félibrige, M. Jacques Mouttet nommaient une quinzaine de personnes récompensées dans les différentes sections du concours. Finalement le Capoulier nommait le Grand Lauréat de ces Jeux Floraux, M. Jean-Luc Gag, un niçois qui par son œuvre théâtrale en langue d’oc méritait cette haute distinction. Après son discours de remerciements, M. Gag désignait la Reine du Félibrige pour les sept ans à venir, en la personne de Mademoiselle Angélique Marçais, elle aussi niçoise, jeune et jolie jeune fille, dynamique, qui en dehors de son métier d’enseignante se passionne aussi bien pour le théâtre en niçois que pour le costume traditionnel et les activités qui y sont attenantes, à son tour elle remercia en niçois, prouvant par là qu’elle maîtrise parfaitement la langue du pays.

La précédente reine du Félibrige, Mme Véronique Fabre-Valanchon lui remit alors la broche représentant un rameau d’olivier d’argent, insigne de sa fonction.

   Le dimanche 12 juin, vers 9 heures, une foule de félibres, accompagné par les cavaliers de la Nacioun gardiano se retrouvaient un peu à l’ouest de la ville, auprès du tombeau du « Marques » Folco de Baroncelli. Un depôt de gerbes fut suivi de la lecture par la Majorale Occelli d’une lettre de la Nation Sioux lakota, la tribu de tribu de Sitting bull et Crazy horse, message envoyé par Messieurs Wamblee La Tanka et Lance White Magpie (petits-neveux de Jacob White Eyes, qui était l’ami personnel de Baroncelli) ; Esmeralda Romanès représentante de la Nation gitane fit ensuite un discours admiré par tous au nom de son peuple qui avait profondément fraternisé avec « lou marqués ». Ensuite prirent la parole, M. Roland Chassain maire des Saintes, le Capitaine de la Nation gardiane, Guy Chaptal, et le Capoulier du Félibrige Jacques Mouttet. Après ce moment d’émotion, pendant que des félibres assistaient à une ferrade sur la manade Aubanel, se déroulait dans l’église archi comble une messe concélébrée par le Majoral abbé Desplanches, le Majoral abbé Passerat et M. le curé des Saintes, messe animée par le groupe « lis escoutaire de la cabreto ».

A la sortie de la messe les groupes folkloriques des différents pays d’oc offraient un magnifique défilé aux habitants et aux très nombreux touristes qui faisaient une haie ininterrompue de chaque côté des rues. Ils se rendaient sur la place Mirèio où est érigée la statue à la mémoire de l’héroïne de Mistral. Là, Angélique Marçais, nouvelle reine du Félibrige, déposait une gerbe au pied de la statue et le Maire puis le Capoulier faisaient de brefs discours pour féliciter les groupes qui maintiennent avec passion les traditions du costume, des danses et donc, de la diversité de notre culture face à une uniformisation et une globalisation sans âme de notre société dite moderne.

Cette matinée se clôturait par une abrivado de taureaux e une « roussataio » sur les boulevards de la ville et finalement par un vin d’honneur offert par la municipalité devant la Mairie.

Vers 16h les groupes folkloriques reprenaient leurs animations dans les rues et sur les places de la ville. En même temps se déroulait aux arènes une grande course de taureaux comptant pour le « Trophée des as ». Les taureaux comme les raseteurs enchantèrent le public où se trouvaient un très grand nombre de félibres y compris le Capoulier M. Jacques Mouttet qui en profita pour allouer un certain nombre de primes aux raseteurs au nom du Félibrige. Cette course se terminait par une bandido qui, bien sûr, provoqua les applaudissements nourris des gens massés au long des avenues.

A 9 heures du soir la salle du Palais des congrès était comble, des spectateurs avaient dû s’asseoir à même le sol, sur les marches d’escalier ou même rester debout ! Là se déroulait la traditionnelle « cour d’amour », elle était présidée par la reine Angélique et M. Laurent Ayme doyen des félibres des Saintes-Marie ; ont évolué tour à tour les danseurs et chanteurs des groupes folkloriques des différents pays d’oc : gascons, auvergnats, catalans, limousins, languedociens et provençaux ; ces groupes tous membres du Félibrige. Spectacle haut en couleur où se révélait la diversité culturelle d’oc et l’unité d’un peuple qui partage une même passion pour les richesses d’une même culture et d’une même langue.

   Le lundi 13 mai, tout au long de la matinée, se déroulait le Conseil Général du Félibrige (Assemblée générale des félibres délégués de tous les pays d’oc) présidé par le Capoulier Jacques Mouttet. Rapport moral, rapport d’activités, rapport financier et projets d’avenir se sont succédés jusque vers 13h 30.

Pendant cette séance de travail, les félibres ont discuté sur de très nombreux sujets, entre autres :

- Les différentes propositions de loi à l’étude concernant les langues régionales, dont celle toute récente du Sénateur Robert Navarro qui sera débattue au Sénat le 30 juin prochain, proposition de loi pour laquelle le Félibrige a adressé au sénateur Robert Navarro ses remarques, observations et revendications.

- Poursuite de l’engagement du Félibrige dans les différents mouvements qui revendiquent des droits et des moyens en faveur des langues régionales de France (la langue d’oc en particulier).

- Travaux de rénovation du Musée arlaten présenté par Mme Serena-Allier, conservatrice du Museon arlaten.

- Relation avec l’APORLOC qui envisage de travailler à l’introduction des néologismes dans les différents dictionnaires de langue d’oc, œuvre déjà largement entamée par le Félibrige au sein du Conseil de l’Ecrit Mistralien depuis cinq ans … !

- Redécoupage des territoires des Maintenances du Félibrige (Pays d’oc où s’exerce l’activité des félibres) pour mieux « coller » aux régions administratives françaises, afin d’être plus efficace en direction des pouvoirs publics pour la sauvegarde, la promotion et la transmission de notre patrimoine d’oc, notre culture, notre langue.

- Présentation d’une méthode d’initiation à la langue d’oc sur CD-Rom ; ce premier CD-Rom a été réalisé par des félibres pour le provençal rhodanien, il sera prochainement adapté au provençal maritime puis, au fur et à mesure à d’autres parlers de la langue d’oc.

- Participation au grand festival de l’Estivade de Rodez

- Obtention de l’agrément de l’Education nationale pour des interventions du Félibrige (de félibres) dans le milieu scolaire.

- Accueil en Provence d’un chinois traducteur de Mirèio de Frédéric Mistral, qui veut se documenter sur place pour mieux affiner sa traduction … !

- Journée à la mémoire de Guillaume Fulconis, sculpteur de la Coupo santo, dans son village d’origine, Saint-Etienne de Tinée.

   Après le Conseil Général du Félibrige, ce sont 400 félibres qui se retrouvèrent pour « le banquet solennel de la Coupe » dans la grade salle du complexe culturel Marius Aillet.

C’est à ce moment qu’ont été proclamés les noms des trois nouveaux Majoraux élus par le Consistoire : la félibresse mainteneur Madame Jeanne Blacas, romancière d’expression provençale de Brignoles ; la félibresse mainteneur Madame Paulette Baylac-Serret, de Campan, syndic de la Maintenance de Gascogne-Béarn ; le félibre-mainteneur Henri Barthès, historien et maire de Saint-Geniès de Fontedit.

De plus des « Mèstre en gai-sabé » (Maître en gay-savoir) ont été nommés : l’écrivain d’expression d’oc M. Jean Rigouste de Bergerac ; le chanteur M. Jean-Bernard Plantevin, de Mazan ; le poète d’expression d’oc M. Guy Mathieu de Paris.

   Il y eut encore de nombreuses nominations de Mèstre d’obro (Maître d’œuvre) et des lettres de félicitations adressées à des personnes ou organismes qui ont agi en faveur de notre culture et de notre langue y compris en Roumanie où on rappelle régulièrement l’amitié fraternelle entre roumains et provençaux.

Ensuite, avant de boire à la Coupe, le Capoulier M. Jacques Mouttet prononçait le « Discours de la Coupe », disant entre autres en parlant de Folco de Baroncelli et Joseph d’Arbaud : « … Leurs leçons d’humanisme, leurs leçons également de poésie, de beauté, de foi, d’attachement, d’amour, qu’ils nous leguèrent, sont autant de joyaux d’un trésor précieux. Un trésor qui contient les valeurs d’humanisme qui fait tant besoin au monde d’aujourd’hui et où nous sommes venus trouver les notions nécessaires de respect, de tolérance, d’amitié entre les hommes, entre les peuples si clairement exprimées par le Marquis.

Chers félibres sans aucun doute, la pensée et les actes du Marquis nous entrainent dans une actualité extrêmement brûlante, lui qui fut le défenseur de la Cause des indiens, lui qui prit le parti des républicains espagnols pendant la guerre civile, lui qui fut le défenseur passionné des cultures et des peuples opprimés. Le monde doit en tirer un certain nombre d’enseignements. Nous devons, nous, méditer son action, étudier son engagement, réfléchir sur sa volonté et son enthousiame. Sa vie nous apprend la modestie, le partage, l’humilité, la fraternité, à son image faisons preuve de simplicité et de dévouement sans limite.

… Ces considérations nous ramènent aux notions de tolérance, de compréhension, de respect et d’ouverture déjà évoquées, des notions qui devraient être dans le cœur de tous les hommes … Personne, je l’affirme, ne doit se laisser conduire, ni de se faire agresser par ceux qui pensent différemment. On ne peut accepter la haine qui hante le monde, on ne peut non plus accepter les poisons qui enveniment nos rangs, les rangs des défenseurs de la langue et de la culture notres quels qu’ils soient …

… Notre vocation est de rassembler tous les hommes de bonne volonté, de les conduire vers l’effort nécessaire pour rendre nos terres plus fertiles, le pays plus beau et ses hommes plus fiers.

Notre vocation est aussi de permettre aux enfants de la terre d’oc de garder leur langue, d’être chez eux et pouvoir fièrement dire qu’ils sont d’auvergne, de Gascogne ou de Camargue dans le partage de notre culture avec tous ceux qui s’y intéressent et qui prennent conscience de sa valeur … »

   Le soir c’est devant une salle des congrès à nouveau comble que les félibres se sont retrouvés pour un spectacle magnifique de chant et de musique proposé par le groupe « Plantevins et tambourins » conduit par le nouveau Mèstre en gai-sabé Jean-Bernard Plantevin. Pendant plus de deux heures le groupe a enchanté son auditoire avec des chants traditionnels, des chansons nouvelles (dont celle primée au Grands Jeux Floraux), des musiques anciennes et des compositions très actuelles de son fils Thibaud. Le public lui fit une ovation et le rappela plusieurs fois, jusqu’à ce qu’il demande grâce … !

   Finalement le mardi 14 juin, quelques 150 congressistes partaient en car pour une belle excursion à la découverte du pays camarguais : visite du Musée camarguais du Pont de Rousty, visite d’Aigues-mortes, accueil dans une manade où le manadier expliquait de façon très concrète ce qu’est la vie quotidienne en Camargue avec la culture du riz, l’élevage des taureaux et des chevaux. Ceci accompagné de démonstrations pratiques du rude travail des gardians. C’était l’occasion pour le Capoulier Jacques Mouttet de marquer un jeune veau avec la marque de la manade (ferrado) et ensuite, conjointement avec le Capitaine de la Nacioun, Guy Chaptal, tous deux à cheval, d’exposer la coupo santo à la vue des félibres qui applaudirent à tout rompre.

La visite s’achevait au magnifique château d’Avignon, propriété du Conseil Général des Bouches du Rhône. Le vice-président du Conseil général, chargé de la culture et de la langue régionale, M. André Guinde, clôturait cette mémorable Santo-Estello avec des mots pleins d’amitié et d’encouragement aux félibres, ce qui entrainait le Capoulier Jacques Mouttet à lui adresser ses remerciements, ainsi qu’à Monsieur Roland Chassain, Maire des Saintes-Maries, et ceux du Félibrige pour ce magnifique congrès où s’est affirmé une fois encore la vitalité et la force de notre culture et de notre langue.

 Lou Baile
J-Marc Courbet

FELIBRIGE  -  Lou Baile  -  Jan-Marc Courbet  -  "la Respelido"  -  camin de la rèino  -  84500 Bollène  -  Tel : 04 90 30 41 39  -   http://www.felibrige.org

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article