Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
occitan-touareg

Touareg-Libye/des touareg appellent à la neutralité

20 Juin 2011 , Rédigé par Papadoc Publié dans #TRIBUNE LIBRE

Raisons de notre neutralité dans le conflit libyen

Écrit par Ctu-tumast | 17 Juin 2011

 

Suite à la publication de notre article intitulé “Les Tuareg et la crise libyenne” appelant nos frères et sœurs à être neutre dans le conflit Libyen, nous avons reçu un nombre important de critiques. Malheureusement, certaines de ces critiques étaient agressives et rejetaient même l’idée de tout débat. En démocrate, nous sommes convaincus que seuls le débat et la confrontation des visions et conceptions permettent de comprendre l’autre et d’aboutir à un meilleur état d’harmonie étant donné qu’un seul individu ne peut réclamer le monopole de la vérité. Par conséquent, nous jugeons nécessaire d’expliquer à nos critiques les raisons qui nous ont amenés à appeler à une neutralité dans le conflit libyen.

Non soutien au régime de Mouammar Kadhafi

Nous sommes convaincus que tout peuple a le droit de s’exprimer à travers des manifestations pacifiques. Nous sommes convaincus qu’il est du devoir de tout état de ne pas réprimer ces manifestations pacifiques; au contraire de plutôt s’en servir comme un appel d’une partie ou de l’ensemble du peuple à initier des reformes afin de mieux servir le peuple, raison d’existence de tout gouvernement. Par conséquent, nous ne pouvons entraver les aspirations d’une partie du peuple libyen à une plus grande démocratie dans le pays.

En tant que jeunes Tuareg, nous ne pouvions oublier le passé où des milliers de vaillants combattants Tuareg non seulement de Libye mais aussi du Mali et du Niger sont morts sous le drapeau libyen dans des guerres menés par le régime de Mouammar Kadhafi au Liban, en Palestine, et au Tchad entre autres. Nous ne pouvons que constater que constater que cet immense apport de nos combattants n’a malheureusement fait l’objet d’aucune reconnaissance officielle du régime ainsi que l’absence de tout type de dédommagements afin de soutenir leur famille respective. Ce triste constat à été mis en exergue le 05 Juin 2011 à Kidal, Mali par des femmes Tuareg réunies au sein d’une organisation nommée « Association des Femmes Tuareg » et qui appellent courageusement et honorablement à la fin de la mort massive de nos combattants en Libye sans que ne nous sachions ni le nombre ni l’identité de ces victimes tombées sous le drapeau du régime de Mouammar Kadhafi.

Non soutien actuel à la rébellion libyenne organisée sous l’emble du CNT

Comme dis précédemment, nous croyons avec véhémence au droit de tout peuple de s’exprimer pacifiquement sans pour autant mettre en danger l’état de droit. Cependant, au risque de paraitre inhumain dans certains cas et d’être vilipender par un nombre important d’individus et d’organisations, nous jugeons primordial de suivre en tout temps et en toute circonstance le principe fondateur de la société Tuareg qui est la liberté. Cette liberté d’action et de choix nous amène à acquérir assez de connaissance sur une entité avant de la soutenir. Soutenir une organisation sans pouvoir l’identifier avec certitude reviendrait à s’aventurer sur une voie dont la destination est inconnue et dont les moyens de guidage y sont inexistants. Malheureusement, au jour d’aujourd’hui, tout comme une partie des observateurs neutres, nous nous posons toujours assez de questions sur le CNT.

Notre première interrogation concerne l’identité du CNT, donc sa composition. Déjà en fin Mars 2011, l’Amiral James G. Stavridis, commandant suprême des forces de l’OTAN déclarait devant le Senat Américain qu’il y avait des informations indiquant la présence probable de membres d’Al Qaeda au sein de la rébellion libyenne. Dans un rapport indépendant intitulé « Libye : Un avenir incertain » publié en Mai 2011 par le Centre International de Recherche et d’Etudes sur les Terrorisme et d’Aide aux Victimes du Terrorisme (CIRET-AVT) et le Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R) et après avoir passé une semaine en Tripolitaine et une autre semaine en Cyrénaïque, les chercheurs ces institutions déclarent que la rébellion libyenne est composée non seulement de démocrates libyen mais aussi des monarchistes senoussis, et des anciens membre d’Al Qaeda entre autres. Nous notons également que le président du CNT est Moustapha Abdeljalil qui était jusqu’au début de la révolution Ministre de la Justice du régime Kadhafi. Outre M. Abdeljalil, Messieurs Ali Abdelaziz al-Essaoui, Omar al-Hariri, Abdul Fatah Younis al Abidi et bien d’autres encore étaient des anciens proches de Kadhafi qui sont aujourd’hui des leaders du CNT. L’identité de plusieurs membres du comité exécutif du CNT reste toujours à connaitre ce qui rend encore plus difficile l’identification de cette organisation.

Notre deuxième interrogation concerne la représentativité du CNT de la population libyenne. Nous savons que la Libye est composée de trois régions distinctes qui sont la Cyrénaïque, la Tripolitaine, et le Fezzan. Jusqu’à récemment les combats avaient lieux dans la Cyrénaïque, qui il faut le noter n’a jamais été favorable au régime Kadhafi pour diverse raisons. Dernièrement, nous constatons des combats dans certaine localités de l’ouest du pays vers la frontière Tunisienne par des forces Amazigh. Cependant, nous ne constatons pas des combats dans le centre du pays ainsi que dans le sud du pays.

Notre troisième interrogation concerne les causes mêmes qui ont amenés à cette rébellion. Lorsque l’état avancé de corruption, de pauvreté, et des mauvaises conditions de vies de certaine population ont amenés aux révolutions sociales en Tunisie et en Egypte voisine, nous ne pouvons que constater que les conditions de vies en Libye -calculée par l’Indice du Développement Humain de l’ONU, placée 53eme sur 169 pays en 2010- sont les meilleurs en Afrique. Aussi, les conditions de vies en Libye sont de loin meilleur que celles de tous les pays des BRICS ou groupe des pays émergents (Brésil, Russie, Inde, Chine, et Afrique du Sud) ainsi que celles de l’Arabie Saoudite. Outre les soins de santé complètement gratuit en Libye, l’Encyclopédie des Nations souligne que « beaucoup de subventions directes et indirectes ainsi que des services gratuits ont permis d’élever le niveau économiques des familles aux revenus faibles, une politique qui a permis d’éviter la pauvreté extrême. » En Février 2011, les directeurs du Fonds Monétaire International reconnaissaient la « forte performance macroéconomique de la Libye » et encourageait le pays dans son implémentation de son « ambitieux agenda de reformes.» Ces constats nous permettent de supposer qu’il y à un meilleur partage des ressources en Libye qu’en Tunisie et en Egypte qui ont tous les deux ont eu à faire face à des révolutions sociales.

L’intervention militaire de l’OTAN

Conscient de l’importance du droit international dans toute ingérence dans les affaires d’un Etat souverain, nous constatons que la résolution 1973 du Conseil de Sécurité de l’ONU portant de création d’une zone d’exclusion aérienne au dessus de la Libye a été votée de manière hâtive et en se basant uniquement sur des prétendus crimes de guerres et crimes contre l’humanité véhiculés par des chaines de télévisions. Fait rare, aucune investigation onusienne n’a constaté les supposés faits avant le vote de cette résolution.

Les termes mêmes de cette résolution portent à réflexion. En effet, elle permet l’utilisation de « tous les moyens nécessaires » afin de protéger les civils. Ces termes flous peuvent être interprétés de manière très différente par différentes parties. Nous notons que parmi les caractéristiques d’une bonne loi il y a la clarté ainsi que la limitation de la couverture de cette loi. Malheureusement, la résolution 1973 n’a aucune de ces deux caractéristiques.

Après une première phase où l’implémentation de cette résolution était assurée par la France, la Grande Bretagne, et les Etats Unis, aujourd’hui c’est l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) qui dirige les opérations militaires en Libye. D’un point de vue humanitaire, nous ne comprenons pas que des civils soient protégés en étant bombardés. Force est de constater que les opérations actuels de l’OTAN outrepassent les termes de la résolution 1973. En effet, l’OTAN ne se limite pas seulement à une exclusion aérienne, mais elle s’attaque également aux moyens militaires des forces gouvernementales sous le prétexte de toujours protéger les civils. Encore soucieux du droit international, nous constatons que les dirigeants de l’OTAN affirment aujourd’hui à haute voix que leur objectif est le renversement du régime Kadhafi alors que la résolution 1973 n’autorise pas un changement de régime ou même une atteinte à la personne physique de Mouammar Kadhafi, ce qui semble être le cas aujourd’hui, en témoigne la mort de son fils Saif el-Arab et trois de ses petits enfants dans un bombardement de l’OTAN sur leur résidence.

La couverture biaisée des medias

Hilary Clinton, Secrétaire d’Etat des Etats Unis déclarait en début Mars 2011 devant le Senat Américain que les Etats Unis ont perdus la bataille de la communication face aux chaines de télévisions qatarienne et saoudienne Al-Jazeera et Al-Arabiya. Ceci montre à quel point la communication est une arme redoutable dans toute guerre. Comme nous le disions précédemment, la résolution 1973 a été adoptée en se basant uniquement sur les dires de certains medias selon lesquels le régime Kadhafi bombardait sa propre population entre autres. Cependant, selon l’armée russe qui affirme avoir contrôlé les événements en Libye depuis ses satellites, aucun bombardement n’a eu lieu ni à Tripoli, ni à Benghazi le 22 Février 2011 contrairement à ce qui avait été dit par Al-Jazeera et la BBC. Aussi, le rapport indépendant du CIRET-AVT et du CF2R affirme n’avoir pas identifié des traces qui prouvent que le régime Kadhafi aurait bombardé sa population à Tripoli.

Conséquence néfaste du conflit sur la région Sahélo-Saharienne

Les gouvernements algérien et malien ont confirmés récemment que des armes lourdes ont été transportées par Al Qaeda au Maghreb Islamique (AQMI) depuis la Libye jusque dans la zone Sahélo-Saharienne dans laquelle cette organisation terroriste opère. Le 12 Juin 2011, l’armée nigérienne à intercepter près d’Arlit, Niger trois voitures venant de la Libye et contenant des explosifs et autres matériels de guerre. L’enquête toujours en cours n’a pas confirmé si oui ou non ces voitures et leurs occupants sont liés à AQMI. Cette prolifération d’armes de guerres dans la région ne peut qu’être dangereuse à la libre circulation des personnes et des biens dans la zone habitées par les populations Tuareg.

Conclusion

Pour conclure, pour ces différentes raisons, nous appelons nos frères et sœurs Tuareg à rester neutre dans le conflit libyen. Nous souhaitons rappeler ici que toute la population libyenne n’est pas partie prenante à ce conflit. En effet, des populations de Cyrénaïque, de Tripolitaine ainsi que de Fezzan ne soutiennent ni le régime Kadhafi, ni le CNT. Comme l’Association des Femmes Tuareg durant sa réunion du 05 Juin 2011 à Kidal, Mali nous appelons tous nos frères et sœurs qui sont toujours en Libye de se rendre, comme une partie de la population Libyenne, en Algérie, au Mali, et au Niger. Nous appelons les gouvernements Algérien, Malien, et Niger à faciliter le déplacement de ces populations fuyant les zones de guerres.

Résolution du conflit

Nous avons été demandés de nous expliquer sur la résolution du conflit lorsque l’on demande une neutralité des populations Tuareg. Nous soutenons la feuille de route de l’Union Africaine. Cette feuille de route comprend trois étapes Durant la première, il y aura un cessez-le feu de la part de l’ensemble des belligérant au conflit libyen. Apres le cessez-le feu, une partie de transition commencera. Durant cette période les reformes nécessaires seront faites pour permettre l’organisation d’une élection libre et transparente qui sera certifier par la communauté internationale dans sa totalité. Ensuite commencera la troisième étape qui permettra au peuple libyen d’élire son président. Cette élection sera garantie par la communauté internationale, et celle-ci fera de sorte a ce que les perdants reconnaissent leur défaites. Dans ce sens, nous félicitons les pourparlers inter libyen qui ont eu lieu hier entre le régime Kadhafi et le CNT en France.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article