Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
occitan-touareg

Paul Castela : Occitanie, histoire d’une aliénation

9 Août 2013 , Rédigé par Pellet Jean-Marc Publié dans #occitanie

« Occitanie, histoire d’une aliénation »

Tel est le titre d’un livre de Paul Castela paru aux éditions du Beffroy en 1999. Un grand livre que je recommande à tous. Il s’agit en fait d’une présentation générale de la civilisation occitane que le peuple occitan ignore en grande partie quand il ne lui est pas hostile. Le titre de ce livre résume à merveille la question occitane. L’idée d’aliénation est une des clefs pour comprendre la faiblesse du nationalisme occitan de progrès.

Du point de vue étymologique le mot provient du latin « alienus » (l’étranger) dérivé lui-même du mot « alius » (l’autre). Est aliéné celui qui est inféodé ou s’est inféodé à l’autre.

Au sens philosophique, il s’agit du processus par lequel un individu est dépossédé de ce qui le constitue au profit d’un autre qui l’asservit. L’aliénation est un processus créé par l’homme, qui se retourne contre l’homme et devant lequel l’homme est en adoration. En psychiatrie, l’aliéné est celui qui ne s’appartient plus. Il présente en général des troubles mentaux tels qu’il ne peut être reconnu comme responsable de ses actes.

Pour approfondir ce concept je renvoie à Rousseau, à Hegel, à Feuerbach, à Karl Marx, à Wilhelm Reich. Karl Marx a voulu réduire l’aliénation à une exploitation économique. Erreur fatale. Le marxisme en est mort.

Pour résumer, citons Milan Kundera dans « L’immortalité » : « L’aliénation consiste à être l’allié de ses propres fossoyeurs ».

Si l’on parle d’Occitanie et d’ethnies en général l’aliénation ethnique consiste à abandonner son identité propre pour s’inféoder à une identité dominante. L’occitan aliéné à la France accepte de devenir un autre. Cette acceptation plus ou moins forcée se retourne contre lui et, ce qui est plus grave, il s’y complait. C’est le cas de la plupart des dirigeants politiques d’origine occitane qui cherchent à être plus français que les français, jusqu’à l’absurde. Je pense à Maurras par exemple.

Ce que nous proposons avec le Parti de la Nation Occitane n’est rien moins qu’un processus de désaliénation politique, économique, culturel et affectif. Pour la majorité des Occitans, c’est trop leur demander. « Petits hommes » dirait Wilhelm Reich. Leur aliénation leur est douce, confortable, jouissive. Ils s’opposent à toute remise en question jusqu’à la haine. Peur panique de la vérité ethnique. Et pourtant la vérité fait son chemin dans les consciences grâce à de grands livres comme celui de Paul Castela. Ils voudraient d’une planète qui ne bouge pas. « Epurr’, si mueve ». Et Pourtant elle tourne.

Jaume Ressaire, décembre 2007

Texte publié dans la revue Lo Lugarn n°94 que vous pouvez télécharger gratuitement sur le site Lo Lugarn

c’était à Béziers...

c’était à Béziers...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article