Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
occitan-touareg

Après le Grexit voici le Brexit

8 Mars 2016 , Rédigé par Gèli Grande Publié dans #Internationalisme

Hier la Grèce (Grexit), demain l'Angleterre (Brexit), après ce sera à qui ?

Br(itain) exit or not Br(itain) exit ?

L’Union Européenne : En être ou ne pas en être ?

Le 23 juin 2016 les électeurs anglais, écossais, gallois et nord irlandais seront appelés par le premier ministre de droite David Cameron à se prononcer par référendum afin de déterminer s’ils veulent maintenir ou non le Royaume Uni de Grande Bretagne dans l’Union européenne. C’est ce qu’on appelle en anglais le Britain exit raccourci en Brexit.

Le problème n’est vraiment pas nouveau. Car si le Royaume-Uni adhéra à la Communauté Economique européenne en 1973, deux ans après en 1975, un premier référendum sur le même thème fut organisé par le gouvernement de gauche de l’époque. Le résultat fût sans appel, 67 % des votants se prononcèrent en faveur du maintien de l’adhésion.

Pour la Grande Bretagne, l’Europe est une zone de libre-échange et rien de plus. La construction d’une structure politique fédérale ou confédérale ne l’intéresse pas. Elle donne l’impression d’avoir un pied dedans et un pied dehors.

En Grande Bretagne comme dans tous les états de l’Union Européenne, de plus en plus, le véritable clivage politique n’est pas entre la Droite et/ou la Gauche, mais entre le maintien ou non de la souveraineté pleine et entière des états membres.

Depuis 1957, aucun état ne s’est retiré de l’Union Européenne ou de ses appellations antérieures. Jusqu’au traité de Lisbonne de 2009, il n’était même pas prévu qu’un état membre puisse s’en retirer volontairement. L’article 50 de ce même traité prévoit enfin cette éventualité.

Le référendum du 23 juin 2016 intitulé Brexit, sera l’expression du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Si le non à l’Europe l’emporte, cela aura des conséquences en interne pour le gouvernement de Londres. Il semble acquis que les écossais voteront massivement pour le maintien dans l’U.E. et qu’ils demanderont à suivre l’organisation d’un nouveau referendum sur le thème de l’indépendance de leur pays. 

Un non britannique à l’Europe, pourrait aussi avoir des conséquences chez d’anciens états associés à la Grande Bretagne et plus particulièrement dans l’Etat Français. Du Front National au Parti de Gauche de Jean Luc Mélenchon en passant par Debout la France et les Chevènementistes, tout le courant souverainiste, ultra nationaliste et franchouillard s’en trouverait légitimé.

Leur victoire éventuelle serait une catastrophe pour les peuples non français de la République Française et les organisations politiques de ces peuples-là.

Occitans et autres, il ne faudra pas compter sur un tel gouvernement pour nous octroyer le droit de choisir notre destin.

Gèli GRANDE, membre du PNO

Après le Grexit voici le Brexit.

Après le Grexit voici le Brexit.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article