Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
occitan-touareg

Ardèche, le pays qui veut vivre (lo païs que vol viure !)

19 Septembre 2017 , Rédigé par Pellet Jean-Marc Publié dans #occitanie, #Ardèche

Oui la garrigue a un avenir en Ardèche
 

   Depuis de nombreuses années un discours défaitiste plane sur nos terres "arides" de basse-Ardèche, comme si Dieu avait décidé que notre seul avenir était le tourisme, vocation génétiquement prouvée par nos spécialistes du développement.

   De la même façon qu'un Saint Remézien disparu depuis fort longtemps se faisait traiter de "fada" car il avait à Rouvet : des vaches !

   La litanie perpétuelle, bien entretenue par nos politiciens locaux, est d'expliquer que notre région a un avenir, un destin : le tourisme.

   Notre garrigue est l'atout principal, notre région sauvage plait aux gens des villes et malheureusement plait aussi aux gens des champs.

   Heureusement une nouvelle génération de pionniers se libère de cette tutelle intellectuelle qui voudrait que les buis et les cades soient le nec plus ultra de nos contrées.

   Dans mon petit quartier de La Coste une révolution agricole est en marche !

   Oui, ces murettes, n’étaient pas là pour faire joli, ces murettes étaient le résultat de générations de travail pour rendre cette terre cultivable. Ces murs de caillasses sont sortis de terre avec le seul pouvoir grâce aux mains de nos anciens et nos aïeux entassaient où ils pouvaient ces rochers bien encombrants.

   Avec le déclin économique de notre région, le vieillissement de la population, le départ de nos jeunes pour la ville, ces terres si durement mises en valeur étaient abandonnées.

   Ces friches, cette brousse devint donc le domaine des "cochons" et des chasseurs et avec l'aide de nos amis écologistes (pas tous) un sanctuaire à protéger !

   Ah que c'est beaux un pays recouvert par la garrigue ! Il en est de même pour les montagnes couvertes de ces genêts tellement beaux au printemps, arborant leur belle couleur jaune éclatante en oubliant ou du moins en ignorant que ces arbustes sont tout simplement le signe de la mort d'un pays. Attention amis Saint Reméziens, ces sales arbustes commencent à coloniser notre environnement et ce n'est pas un signe de bonne santé.

   Donc pour en revenir à notre petite révolution agricole dans mon quartier, outre l'installation d'oliviers, de chênes truffiers et de nouvelles vignes (tout cela arraché à la garrigue), de broutards, une immense terre voit le jour. Ce terrain jadis morcelé, non pas pour des raisons esthétiques mais par des contraintes économiques, devient grâce à la technologie une "grande terre" dont seraient fiers nos anciens s'ils pouvaient revenir.

   Un pays normal respire 365 jours par an et non deux mois en juillet août.

   Le tourisme, activité économique normale, ne devrait être qu'un "plus", un complément à une activité pérenne et surtout ne pas servir de prétexte pour transformer notre région en réserve naturelle et autres zones "Natura 2000" juste bonnes à servir de promenade et de jardin aux nordistes ou aux gens de la ville entassés dans leur poulailler.

   Félicitations à nos pionniers qui ont le courage d'investir leur savoir faire dans un réel développement économique local. L'initiative personnelle peut faire des miracles et plus, peut devenir avec un peu de chance contagieuse.

   Notre pays sera ce que nous en feront, ne laissons pas aux autres "parisiens" le choix de notre devenir.

NB : Nous serions dans un pays normal ce genre de mise en valeur mériterait un dégrèvement d'impôts pour au moins une génération...

 

 

Saint Remèze. Ardèche. Occitanie.
Saint Remèze. Ardèche. Occitanie.Saint Remèze. Ardèche. Occitanie.
Saint Remèze. Ardèche. Occitanie.Saint Remèze. Ardèche. Occitanie.

Saint Remèze. Ardèche. Occitanie.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Adishatz,<br /> On ne peut pas se réjouir de voir se répandre le désert agricole au détriment de la garrigue pleine de vie, ni de voir se banaliser la terre et anéantir le sol vivant.<br /> Le Genêt que vous décriez est une plante experte pour charger le sol en azote.<br /> Quant aux sites Natura 2000, ils n'ont aucunement vocation à n'être que des lieux de "promenade". Certains sont agricoles, d'autres militaires, etc. ce qui n'empêche aucunement ces activités de s'y exercer. Et, de plus, les actions éligibles à un contrat Natura 2000 sont subventionnées.<br /> Avec tout le respect que je dois à l'occitaniste que vous êtes, vous vous y connaissez autant en écosystème naturel que moi en physique quantique.<br /> Coraument.
Répondre