Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
occitan-touareg

Catalogne, le CNRS apporte son aide à l'État espagnol

24 Octobre 2017 , Rédigé par Pellet Jean-Marc

Catalogne, Catalan, Barcelone, les projecteurs sont braqués sur cet État en devenir

    Catalogne, "boîte de pandore" pour certains, "illuminés" pour d'autres, que "de l'émotionnel" pour Romain Pasquier.

    L'attaque ou l'analyse de la situation catalane par Monsieur Romain Pasquier si elle n'est pas agressive dans le style Charlie-Hebdo ou de Le Monde, n'en est pas pour autant perverse.

    Dans ses réponses au journaliste le "chercheur" biaise afin de ne pas monter ses idées jacobines au grand jour. Une façon comme une autre de décrédibiliser la nature progressiste et démocratique des luttes de libération nationale de nombreux peuples encore opprimés et ce, plus particulièrement en Europe.

 

Catalogne, le chercheur du CNRS passe à l'attaque

 

Romain Pasquier, directeur de recherche au CNRS

Petite texte à propos des réponses du spécialiste sus nommé.

 

Dans ma jeunesse, en 1968, au lycée de Bagnols sur Cèze, s'était monté un groupe d'études qui avait pour nom : CIPES (Club d'Information Politique Économique Social).

Une des nombreuses actions de ce groupe engagé consistait à la lecture de la presse.

Le mot "lecture" consistait à comprendre l'agencement, d'une mise en page, des choix des titres et des mots employés à des fins très précises.

Commençons par le titre de cet article :

Catalogne : La crise peut-elle se répéter ailleurs en Europe ?

Le premier mot important est bien le mot "crise".

Que signifie, quel est le sens de ce mot : une crise de foi, une crise de folie, une crise politique ?

Le mot "crise" appartient à la famille de "l'anormal". Quand tout va bien il n'y a pas de crise. Donc la Catalogne est sujette à une crise...Un docteur est recherché pour soigner cette crise.

Telle une maladie cette "crise" est-elle contagieuse ? Cette maladie peut-elle, tel le sida ou la tuberculose, se développer ou se réveiller ailleurs en Europe ?

Remarquons ici que seule l'Europe pose un "problème", étant donné que ces "crises" sont naturelles chez les "autres", voir Asie, Afrique.... mais pas chez nous, pays démocratiques.

Le titre à lui seul nous oriente dans un sens très précis : Nous Européens devrions être à l'abri de ces maladies potentiellement contagieuses : le séparatisme, sous entendu, de cette idéologie réactionnaire, identitaire, sectaire pour ne pas dire pathologique, relevant donc de l'internement psychiatrique.

Passons au texte :

Dans l'introduction, il est à remarquer que la Catalogne n'est considérée que comme une "région" (l’indépendance de leur région). Un peu comme si la Bretagne, La Corse ou l'Occitanie n'étaient que des régions comme le Poitou ou la Charente (je n'ai rien contre ces régions françaises).

Si le journaliste était seul à employer ce terme "région" cela n'aurait aucune importance étant donné que le "spécialiste" était là pour préciser le sens donné au mot. Hélas il n'en est rien.

L'Écosse, la Flandre (en Belgique), le Pays basque espagnol, ne sont que des régions pour notre spécialiste du CNRS.

Il est intéressant de lire la phrase choisie quant à la réaction du bon peuple (le bon peuple est celui qui n'est pas indépendantiste) : « Avez-vous vu ce qui se passe en Catalogne ? Nous ne voulons pas la même chose chez nous ».

Lorsque l'on donne un tel exemple de réaction populaire cela n'est pas anodin, notre professeur partage ouvertement ce sentiment.

Qu’est-ce qui expliquent les désirs d’indépendances en Europe ?

Enfin, nous y sommes : ces réactions "indépendantistes" sont des réactions "émotionnelles" (Leur émotion en politique...).

Nous sommes donc dans l'irrationnel, l'affectif, l'émotionnel, il s'en manque de peu  d'être dans le mysticisme !

Pour Romain Pasquier, le rationnel, l'intelligence, la normalité, ne peut pas s'appliquer à ces mouvements "régionalistes". La réalité c'est le moment Historique, actuel, cette Histoire qui a mise en place et structuré nos États européens ; cette situation doit perdurer ad vitam aeternam

Romain Pasquier  dit : "Un État se définit en partie par son territoire. Voir une partie de celui-ci s’éloigner ou faire sécession est un aveu d’échec considérable."

Oui, mais d'où vient ce territoire, comment s'est formé ce territoire ? Monsieur Pasquier devrait expliquer que les territoires de ces États sont le résultat d'agressions, d'annexions,  de massacres et très rarement d'actes volontaires.

L'éducation nationale dans un État donné a pour vocation principale de formater les "intelligences" de ses futurs citoyens en les lobotomisant partiellement.

Pour rejeter un peu plus cette normalité quant à l'émancipation naturelle et logique de tous les peuples, notre spécialiste réduit le phénomène (national) à une question d'identité culturelle qui pourrait être solutionnée si les États étaient un peu plus décentralisés.

Monsieur Romain Pasquier, ni la décentralisation ni la régionalisation ne résoudrons le fait colonial. Vous niez simplement dans vos réponses l'existence même de ce fait politique, économique, social qui porte un nom : colonialisme.

Cela étant je vous pardonne car il est sûrement très difficile de mordre la main de celui qui vous sert la soupe.

Pellet Jean-Marc

Lire article :

http://www.20minutes.fr/monde/2156559-20171024-catalogne-crise-peut-etre-repeter-ailleurs-europe

 

Pellet Jean-Marc à Barcelone 2017

Pellet Jean-Marc à Barcelone 2017

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article