Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
occitan-touareg

Soudan-Darfour / un état contre ses etnies

7 Juillet 2010 , Rédigé par Papadoc Publié dans #peuples(bretons-catalans-basques-etc)

Le Soudan revient à la une des médias aussi je vous fais partager un article de Jean-Louis VEYRAC de 2004.

Vous pouvez lire cet article sur le site Etniste de Ben Vautier où vous trouverez un tableau des populations et une carte des différentes ethnies.

 

SOUDAN

darfourRépublique du Soudan

Capitale : Khartoum

Superficie : 2 505 810 km2
Population : 30 millions d'habitants (estimation 2000)
Langue officielle : arabe

Soudan, un état contre ses ethnies

De loin en loin, le Soudan réapparaît à la une des médias occidentaux. C’est rarement à son avantage.
Depuis quelques mois, c’est sa politique à l’égard des populations du Darfour, à l’ouest du pays, qui lui vaut ce regain d’intérêt. Massacres, camps de réfugiés, crise humanitaire, ce sont les tristes effets d’une politique impérialiste que mène de façon récurrente le régime de Khartoum depuis son indépendance en 1956.

Vers un génocide
Un génocide de caractère raciste et colonial est bien en cours. Les populations sédentaires et indigènes visées sont nettement identifiables sur le plan ethnolinguistique et culturel. L’accaparement de leurs terres par les Arabes nomades et, au delà, par les compagnies agro-industrielles du Golfe, est également une réalité tangible.
Le processus est exactement le même qui a conduit à la guerre coloniale menée par les Arabo-nubiens pour le contrôle du Sud-Soudan, riche en pétrole. Celle-ci est en veilleuse actuellement, du fait de négociations entre les parties, l’Etat soudanais, les autonomistes sudistes et les pays voisins. En un demi-siècle, cette guerre à rallonge a fait, au bas mot, 2 millions de morts, sans que le monde ne s’en émeuve vraiment.
Au Soudan, une nette fracture historique et culturelle oppose centre et périphérie. Au centre, la Nubie, fervemment musulmane et arabophone, est peuplée de Nubiens arabisés, majoritaires (36%), de Nubiens authentiques (5%) - les Barabra du Nil et les Nouba du Kordofan - et d’Arabes, minoritaires (7%), mais influents.
A la périphérie, toujours tentée par l’autonomisme voire le séparatisme, on trouve :
- à l’Est, les Bedja de Kassala, nomades musulmans attachés à leur identité (5,5%);
- au Sud, des ethnies, animistes ou chrétiennes et anglophones, se rattachant à l’Afrique centrale et nilotique - Lwo, Bari et Zandé étant les plus importants de ces peuples (environ 30% du total);
- quoique globalement islamisé, l’Ouest (12% env.) est lui aussi bien différencié et a été tenté par l’autonomie politique dès avant l’indépendance du Soudan.

Le Darfour
L’Ouest soudanais, ce sont les trois provinces du Darfour, “Pays des Four” , en arabe, une région de 496 000 km2, un peu moins grande que la France, mais peuplée de seulement 4 millions d’habitants environ.
Créés en février 1994, trois “Etats fédéraux” se partagent l’ancien Darfour. Au Darfour septentrional, El Facher, centre de gravité du peuple four, était jadis la capitale unique de la province. Aujourd’hui, elle partage cette fonction avec Nyala, en pays daju, chef-lieu du Darfour méridional, et avec Geweïna, cité frontalière des Tama et Massalit, au Darfour occidental.
La partie saharienne est vide, le peuplement se concentre sur les plateaux centraux, autour du Jebel Marra. Ces derniers offrirent un refuge aux peuples autochtones lors de la poussée des Arabes vers la cuvette du Tchad, au XVe siècle. Comme, le long du Nil, dans la voisine Nubie, de nombreuses migrations ont touché cette région à l’histoire toumentée. Les ethnies actuellement présentes sont le fruit de ce brassage intense.

Les ethnies du Darfour
Islamisées progressivement depuis le XVIIe siècle, les ethnies indigènes (environ 2,5 millions d’individus) restent encore attachées à certains rites païens ancestraux; une minorité de leurs membres se rattache au christianisme. Parfois bilingues voire trilingues, les tribus locales composées surtout d’agriculteurs, restent fonciérement attachées à leur idiome d’origine. L’arabe, langue étrangère, mais langue officielle, langue religieuse et de l’enseignement, gagne du terrain chez les jeunes. Quand ils n’ont pas été tout simplement réduits en esclavage - pratique encore courante -, de nombreux aborigènes du Darfour ont essaimé au loin pour gagner leur pain quotidien. On les retrouve à Khartoum, la capitale, à Port Soudan, sur la mer Rouge et, plus loin, dans la péninsule Arabique.
Les principaux peuples autochtones sont, du nord au sud :
- Les nomades Zaghawa (300 000) et les Berti, fractions de l’ethnie kanourie. On retrouve les premiers au Tchad où ils soutiennent le président Idriss Déby, un Bideyat, lui aussi apparenté à cette même ethnie. Les guerriers zaghawa sont particulièrement actifs au sein de la mouvance autonomiste. Le parler berti serait éteint.
- Sur les confins soudano-tchadiens, vivent les Tama (400 000) avec leur fraction des Mararit.
- Les Four (ou Fur), sont les plus nombreux (800 000) des autochtones de l’Ouest. Leur royaume musulman dura jusqu’ en 1874 avant d’être conquis par l’Egypte ottomane. Après l’épopée mahdiste qui fonda le Soudan arabe moderne, il redevînt autonome de 1897 à 1916. Les Four sont en première ligne face aux tribus arabes et arabisées expansionnistes.
- A l’est des précédents, vivent des Nubiens, les Midob et Birgid (30 000), en cours d’arabisation.
- A la lisière du Tchad, sont les Maba, Massalit et Rounga (400 000). Autour d’Abeche, les Maba représentent l’élément principal et historique du Ouadaï tchadien.
- Les Dadjo (Daju ou Dago), (600 000) sont pour la plupart musulmans. Ils comptent des chrétiens en leur sein, catholiques entre autres. Seule Soudanaise a avoir été béatifiée - en 1992, en même temps que le Père Balaguer, fondateur de l’Opus Dei ! -, Joséphine Bakhita était une Dadjo d’Olgossa. Un royaume dadjo domina le Darfour avant le XVe siècle. Sans compter ceux du Ouadaï, trois groupements habitent des régions éloignées : les Dadjo de Lagowa, au Kordofan, les Nyalgulgulé, au Bahr-el-Ghazal et, surtout, les Shatt, au pays zandé.
- Enfin, à cheval sur la frontière du Centrafrique, on trouve les restes éparpillés des Bongo (Kara, Binga et autres Kreij) (30 000 au Darfour). Au XIXe siècle, les razzias des négriers arabes et turcs firent exploser géographiquement ce peuple en même temps qu’elles le saignaient démographiquement.

Mêlées aux indigènes ou habitant de façon plus compacte les régions orientales du Darfour, vivent des tribus nomades musulmanes et arabophones. Les unes, dites génériquement “Abbala” et qui élèvent des chameaux, sont formées par d’authentiques Arabes (Kababish, Hassaniyé et Kawahla). D’autres, issues d’un mélange de Nubiens, d’Africains divers et d’Arabes, sont plus ou moins parfaitement arabisées : on regroupe ces éleveurs de bétail sous l’appellation collective de “Baggara”. Rizeigat, Seleïm, Ta’aisha, Homr, Hamar, Messeriya, Hemat et Salamat sont les tribus les plus connues, les deux dernières étant sédentaires. Constitué d’éleveurs passionnés, l’ensemble arabophone regroupe peut-être 1,5 million de personnes au seul Darfour.
Pour mémoire, il convient de citer l’existence de la plus orientale des colonies peules : 150 000 Foulbé habitent sur les confins méridionaux du Darfour et du Kordofan.

La tragédie du Darfour
Depuis déjà une dizaine d’années, des cavaliers nomades, appelés “jenjawid”, encouragés et armés par le gouvernement, attaquent les villages des cultivateurs du Darfour. En quête d’espace vital pour leurs troupeaux menacés par la désertification accrue du Nord, l’objectif de ces Arabes et autres Baggara est de chasser les autochtones pour s’emparer de leurs terres.
Aujourd’hui, de concert avec l’armée gouvernementale, les milices jenjawid pillent, brûlent, violent avec des violences inouïes. Elles enlèvent les femmes pour les réduire en esclavage, massacrent les hommes, chassent les survivants qui s’enfuient sans pouvoir enterrer leurs morts.
Musulmans comme les peuples contre lesquels ils sévissent, les miliciens détruisent des mosquées, tuent des leaders religieux musulmans.
Depuis 2003, les rebelles du Darfour, regroupés dans l’Armée/Mouvement de libération du Soudan (SLM/A) et le Mouvement pour la justice et l’égalité (JEM), se posent en protecteurs des populations civiles contre les exactions des jenjawid couverts par le régime.
Ces autonomistes veulent faire sortir leur région de son état de sous-développement et demandent à Khartoum d’enquêter sur les crimes qu’ils qualifient de ”nettoyage ethnique”.
Le conflit a fait, dans les trois provinces du Darfour, probablement 30 000 morts depuis une décennie. On compte 1 million de personnes déplacées à l’intérieur du Soudan et, sans doute, 200 000 réfugiés, au Tchad voisin. Malgré les protestations internationales, malgré les menaces américaines d’intervention humanitaire, les miliciens ravagent toujours les villages non-arabes avec l’appui du pouvoir. Ils ont même été incorporés dans des unités de la police soudanaise ou dans les Forces populaires de défense, semi-régulières et chargées de la protection des zones dites “de sécurité”. Ces FPD sont le fer de lance de la politique d’arabisation et d’islamisation, au sud comme à l’ouest. Elles sont le bras armé du Front national islamique d’Hassan el-Tourabi. Ce chaud partisan d’Oussama ben Laden est en relative disgrâce, actuellement. On est donc loin du désarmement réclamé par le Conseil de sécurité de l’ONU.

Perspectives
Lorsque le ministre des Affaires étrangères soudanais évoque un réglement du conflit par la fédéralisation de l’Etat, on se prend à sourire. Depuis 1956, le Soudan n’a eu de cesse de réduire le poids politique des provinces. De neuf à l’origine, elles sont passées à dix-huit puis, en 1994, à vingt-six “Etats fédéraux”.
Sans succès, le pouvoir a tenté de convaincre l’opinion que ces derniers devaient apporter une solution à la guerre au Sud et à la marginalisation des zones périphériques. Le Darfour est ainsi divisé en trois aujourd’hui. Mais dans tous les cas, que pourrait être un Soudan fédéral alors que cet Etat est très souvent dominé par un régime militaire et/ou un parti unique ? Une Union soviétique africaine et islamiste ?
Les nombreuses ethnies et fractions d’ethnies qui composent la population soudanaise sont dans une impasse politique globale. Ce cul-de-sac ne peut conduire qu’à des drames, les peuples périphériques. Il plombe tout autant le développement de l’ethnie nubienne majoritaire (arabophones et nubianophones confondus).
Les Arabes authentiques sont très minoritaires au Soudan, “Pays des Noirs”. Les véritables Soudanais sont les héritiers de l’antique et glorieuse Nubie, pharaonique puis chrétienne. Tant qu’ils se prendront pour une partie de la nation arabe, aucune évolution positive ne pourra advenir. On ne peut maintenir réunis des peuples aussi divers que ceux du Soudan que par la force et la dictature miltaire et idéologique. Le pouvoir soudanais est au service éminent d’une faible portion de la population (hiérarques militaires et bureaucrates, grands propriétaires fonciers), voire d’étrangers (sociétés pétrolières et agro-industrielles du Golfe). Malgré sa rhétorique nationaliste arabe, il continue sur la voie tracée par les colonisateurs turcs et anglais.
L’union politico-militaire des peuples martyrs du Soudan peut se réaliser. Elle peut confluer avec les secteurs les plus ouverts de l’opposition proprement soudanaise. Mais pour gagner, elle aura besoin d’un vaste courant de sympathie à travers le monde. La richesse pétrolière et agricole du Soudan est une convoitise trop grande pour les grands groupes monopolistiques. L’exploitation de cette richesse se fera probablement au détriment des intérêts légitimes de ces peuples martyrs. C’est le triste constat que l’on est amené à faire. Puissions-nous être démentis par les événements !

Jean-Louis Veyrac - décembre 2004

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article